12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 18:14

Avec du temps et un peu d’argent, vous pouvez non seulement mieux envisager votre évolution professionnelle mais vous pouvez la piloter avec efficacité !

image de l'article sur le site des Echos

Vous avez 35, 45 ou 55 ans… ? Croyez-moi, c’est le bon moment d’investir dans votre avenir ! Pourquoi ? Parce qu’il n’est pas question de rater les 30, 20 ou 10 années professionnelles qui sont devant vous !

Les temps ont en effet changé et vous vous dites sûrement que, concernant votre offre professionnelle, bien des choses pourraient être améliorées : « Comment exprimer en quelques mots le cœur de ma puissance professionnelle ? Comment donner envie à ceux que je rencontre d’en savoir davantage ? Quelle est l’image que je donne de moi et suis-je vraiment au clair avec les éléments forts de ma personnalité ? Ai-je une bonne maîtrise des techniques d’écoute ? Comment reprendre langue avec ceux que j’ai négligés depuis tant de temps (eux aussi d’ailleurs…) ? Au fait, est-il judicieux de leur téléphoner ou plutôt de leur écrire ? Et puis surtout, comment vais-je m’y prendre pour que ma démarche pour réactiver mon réseau réjouisse mes interlocuteurs au lieu de les ennuyer comme le font les quémandeurs de recommandations…?»

Autant de questions qui illustrent quelques-unes des difficultés que les cadres et les dirigeants, aujourd’hui, rencontrent quand il s’agit de réfléchir à d’autres perspectives, de se remettre en marche, d’essayer d’anticiper, d’identifier de nouvelles opportunités… Côté évolution de carrière, l’époque n’est en effet pas simple pour les cadres !

La situation en quelques mots. Résumons : un chômage qui semble incompressible, des changements incessants de toutes sortes, techniques, organisationnels, culturels… auxquels il faut s’adapter en permanence et des exigences qui laissent de moins en moins de liberté. Bref, ces dernières années, l’univers des cadres s’est durci et leur horizon s’est assombri. Du coup ils sont aujourd’hui devant une évolution professionnelle incertaine. Pourtant, des solutions existent pour éclairer l’avenir : par exemple celle de décider de se prendre en main pour évoluer, comme un grand.

Car là se situe le grand changement. Autrefois (il y a seulement 30 ans…), le marché vous portait : une croissance économique régulière, de la stabilité dans les institutions publiques comme privées rendaient les évolutions de carrière faciles. Même l’immobilisme payait ! Et si l’on n’était pas content, il suffisait d’aller voir ailleurs ! L’offre était vaste et une simple petite dose de dynamisme réglait les accidents professionnels. Nous n’en sommes plus là.

Pourquoi c’est plus difficile aujourd’hui ? Ce qu’il faut comprendre avant tout est ceci : dans un marché de l’offre d’emplois abondant, seule la compétence technique a de la valeur. Quand dans une entreprise, un besoin apparaît, la rareté de l’emploi aidant, on se contente de cette compétence technique. Une fois trouvée, on se dit que la satisfaction des attentes du client suffira à combler la nôtre ! Voici donc notre entreprise dans un bain de joie technique, faisant fi d’un examen approfondi des autres compétences humaines. Et c’est ainsi que, dans tous nos grands groupes, les postes de managers ont été occupés - et le sont encore largement - quasiment exclusivement par ceux qui possédaient cette compétence technique sans même que l’on se pose la question de savoir s’ils avaient le talent managérial pour assumer cette fonction.

A contrario, dans un marché de l’offre d’emplois pauvre, il n’en va pas de même. Les affaires se raréfient, la concurrence est plus rude. Du coup, on comprend vite que la compétence technique ne suffit plus car d’autres la possèdent aussi. Il s’agit donc de prendre en compte, presque sous la contrainte, ce fameux versant des compétences comportementales, relationnelles. Bref tous ces aspects humains jusqu’alors délaissés, doivent reprendre leur place car en situation tendue (management, négociation, vente, communication stratégique…), ils font désormais la différence.

Ce changement qui devrait inciter à s’intéresser plus que jamais à ces compétences humaines, peu l’ont vraiment intégré. Il suffit de voir la notion d’employabilité : tout le monde veut la développer mais personne n’a vraiment compris que cela passe d’abord et avant tout par une meilleure maîtrise de ce versant transversal des compétences humaines.

Or face à un tel changement, les cadres et les dirigeants, mal préparés et mal entraînés, continuent d’attendre, un peu passifs. Mais qu’espèrent-ils ? Que quelqu’un va les prendre en main ? Qu’ils n’y comptent pas et qu’ils se mettent plutôt au travail afin d’être vraiment en condition pour évoluer !

Ce qu’il faut faire. Prendre le temps nécessaire à la réflexion sur soi, sur son parcours, sa personnalité et sur toutes ses compétences propres (et pas seulement techniques) qui font la différence. Idéalement, il vous faut mener cette réflexion avec un professionnel qui saura vous éprouver et vous guider dans l’analyse de votre offre. Il saura vous faire reprendre la main sur votre carrière et vous donner les 2 clés de la réussite pour « aller » vers le marché de l’emploi de manière efficace : cette confiance en vous qui va muscler votre marketing personnel et cette légitimité retrouvée vis-à-vis d’un marché certes difficile mais qui reste plein d’opportunités. Encore faut-il savoir comment les identifier…

N’ayez pas d’inquiétude, en évolution professionnelle comme dans tous les domaines, rien ne résiste à un travail bien mené.

Certes, cela a un coût. Mais ce coût, il faut savoir l’intégrer dans le temps, c’est-à-dire envisager son amortissement sur toutes ces années qui sont encore devant vous. Que sont en effet quelques milliers d’euros au regard du profit que votre carrière peut en tirer ? Je suis toujours frappé de voir à quel point chacun sait investir dans son image, dans son bien-être physique, dans tant de choses parfois futiles et… si peu dans ce qui est la garantie d’une bonne évolution de carrière sur le long terme. Franchement, est-ce bien le moment de se montrer « rat avec soi-même » ?

Le temps est en effet venu de piloter, soi-même, sa barque. Ce qui suppose deux décisions : d’une part, faire un peu de place dans son agenda pour réfléchir et travailler sur soi et, d’autre part, accepter l’idée d’un effort personnel sur le plan pécuniaire pour se mettre en marche vers l’avenir.

Partager cet article

Repost 0
Published by yves Maire du Poset
commenter cet article

commentaires

Mes livres

Pour acheter un livre directement sur le site des Editions Leduc, cliquez sur l'image

 

 

livre Décrochez le job de vos reves

 

Livre Réussir entretien recrutement

 

livre Toutes les clés du savoir vivre