23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 13:11

 

Ces temps difficiles sont une aubaine pour réfléchir à nos pratiques habituelles. Porteurs de projet, chercheurs de clients ou d’emploi…, voici 2 idées pour être plus fort quand sonnera l’heure de la récré… !

Nous savons désormais que le confinement risque de durer jusqu’à fin avril/mi-mai. Avec deux effets peu emballants sur notre vie professionnelle : ne plus être physiquement ensemble au sein de l’entreprise et ne plus avoir de liens physiques hors de l’entreprise. Bref, il nous faut marquer de la distance avec les autres !

Ces rencontres physiques sont pourtant une clé majeure de la réussite de nos projets, que nous soyons en recherche de clients, d’emploi, de partenaires… Tous les jours, ces rencontres mettent en jeu nos compétences, nous incitent à surmonter nos difficultés, activent notre motivation en élargissant notre horizon, ce qui ne manque jamais de nous mettre en joie. Aussi, avec le confinement, il s’agit désormais de réfléchir au moyen de raccourcir la distance demandée afin de ne pas nous priver des bienfaits de ces rencontres !

Certains diront qu’il reste les réseaux pour nous aider à continuer à entretenir ces liens, ces projets… Certes mais cela suffira-t-il pour compenser ces rencontres physiques mises en veille pour un temps ? Sans doute pas. Aussi nous faut-il innover dans deux directions, à notre portée pour qui veut s’en donner les moyens : d’une part remettre en réflexion nos projets et d’autre part nous obliger à communiquer différemment avec nos relations. L’une et l’autre de ces actions ne vont pas de soi, elles n’ont rien de naturel, ni de culturel d’ailleurs mais il me semble que leurs effets peuvent nous renforcer à terme et compenser pour partie les conséquences d’un tel confinement. 

Réfléchir de nouveau à nos projets : qu’il s’agisse d’un projet entrepreneurial, d’une recherche d’emploi ou de partenaires, nous savons qu’il faut dans tous les cas convaincre. Et pour cela, il convient d’être parfaitement pertinent sur 3 plans : celui des cibles visées, celui du plan de développement choisi et celui des  discours de présentation du projet et du parcours de celui qui le porte. Dans mon métier qui consiste à accompagner les mobilités de carrière, externes comme internes, je suis souvent frappé lors des présentations de projets, par un ciblage trop large et qui fait perdre du temps : le projet peut être pertinent a priori mais il est souvent très vague quand il s’agit de le projeter sur un marché particulier, moins concurrentiel. Je suis frappé également par le besoin d’actualisation du projet : celui-ci a parfois été conçu il y a plusieurs mois sans vraie intégration des critiques entendues depuis… Je suis frappé enfin par la présentation confuse du projet comme du parcours de son porteur : trop long, trop détaillé, trop… ou pas assez ! C’est pourquoi le confinement est l’occasion idéale pour revoir le projet dans son ensemble, non pour le repenser de fond en comble mais pour l’ajuster, l’affiner et, qui sait, l’approfondir encore avec une cible plus claire, une offre plus distincte et des discours mieux ciselés… Bref, voici une belle occasion d’affûter vos armes pour mieux convaincre et vous démarquer des autres !

Prendre des nouvelles et en donner : dans ce confinement, chacun se sent coupé du monde et se dit que c’est probablement la même chose pour tout le monde. Du coup, le risque est grand de se dire que prendre des nouvelles de ses proches, de ses liens sociaux est inutile, voire contre-productif : que vais-je dire à quelqu’un qui est dans la même panade que moi… ? C’est là où nous nous  trompons. Ceux qui, comme vous, sont à la peine dans cette réclusion, accueilleront votre appel avec bonheur. Prendre de leurs nouvelles sera perçu comme un rayon de soleil et le temps consacré à cette initiative sera récompensé. Ajoutons qu’après les avoir écoutés, leur donner de vos nouvelles vous permettra de rappeler en quelques mots quel est votre projet (ça tombe bien, vous avez pris le temps d’y re-réfléchir…) et ce que vous ferez une fois le confinement terminé. Mais alors, faut-il appeler ou écrire ? Les deux mon capitaine… en faisant la distinction entre ceux avec qui vous voulez échanger et ceux à qui vous voulez juste dire que vous ne les oubliez pas et que le temps venu, vous reprendrez langue avec eux. Mon conseil : replongez-vous dans votre fichier en passant un peu de temps sur chaque nom en vous demandant quelle sympathie il y a dans ce lien ? Ça vous donnera envie de décrocher votre téléphone.* Pour l’écrit, prenez le temps de retrousser vos manches pour accoucher d’un message empathique, avec une trame concise et qui donne envie. Ainsi, au téléphone, vous n’en serez que meilleur !

Chacun le sent : le relationnel n’est pas seulement l’une des clés du succès, c’est l’essence même de notre humanité. Alors, qu’importe si le confinement nous empêche temporairement d’appliquer mon précepte « Celui qui sort, s’en sort », le téléphone reste un formidable moyen de sortir, pour le bien de tous !

Yves Maire du Poset

*Comme beaucoup ces derniers jours, je me suis replongé dans La Peste d'Albert Camus et je suis tombé en arrêt sur un des dialogues entre les 2 personnages principaux. L’un demande à l’autre s’il a une idée du chemin qu’il fallait prendre pour arriver à la paix. L’autre répond : oui, la sympathie. (La Peste, Livre de poche, édition 1967, page 204)

Lien LinkedIn : https://www.linkedin.com/pulse/un-confinement-bien-embarrassant-mais-salutaire-pour-maire-du-poset/

Partager cet article

Repost0

commentaires