15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 07:55

Vous êtes un chercheur d’emploi ? Surtout, n’écoutez pas ceux qui vous conseillent de commencer par faire votre CV ! Vous êtes un chercheur de profils ? Arrêtez d’exiger des CV avant tout contact ! Dans les deux cas, il y a mieux à faire !

Tout d’abord, il faut comprendre que le CV constitue un formidable paradoxe : il est un véritable enquiquinement (pour rester poli) pour le rédacteur comme pour le lecteur et un média incontournable exigé par tout le monde ! D’un côté un fardeau nécessaire et, de l’autre, quelque chose comme les Tables de la Loi ! Quel que soit le rôle qu’il se voit attribuer : passeport pour l’emploi, sésame pour rencontrer les autres, instrument de présentation de l’offre professionnelle d’une personne, outil de recherche de la perle rare pour les entreprises…, le CV occupe un espace et un temps considérables dans le domaine de la recherche d’emploi. Avec pourtant des effets qui sont loin d’être si efficaces que ceux attendus !

Ce que le CV veut dire et ce qu’il ne dit pas ! Il est supposé apporter avec clarté les informations nécessaires à la bonne compréhension du déroulement de la vie d’un candidat (ce que veut dire curriculum vitae). Or dans la plupart des cas, il produit l’effet inverse : on est dans le flou et la dispersion, voire dans la distraction. Son ambition même, c’est-à-dire vouloir tout dire de l’offre professionnelle d’une personne sur un bout de papier, est un pari impossible ! La meilleure preuve se trouve dans le peu d’enthousiasme que suscite sa lecture : avez-vous rencontré beaucoup de gens ayant lu avec gourmandise un CV, sinon pour s’en moquer ? Moi pas. L’idée même de vouloir ainsi conquérir le lecteur en mettant tout dans un même sac comme l’on fait d’un fatras, n’est pas raisonnable. Rendez-vous compte : l’état civil, les coordonnées, le passé, le présent, le futur, les fonctions, le temps, la trajectoire, les actions menées, les hobbies, les savoir-faire, la vie personnelle, parfois la photo… Tout doit y figurer alors que pour le lecteur, in fine, c’est le rien qui l’emporte… Dans le meilleur des cas, il n’échappera pas au vertige devant tant de données à décrypter puis à digérer d’un coup.

Tout se passe comme si, avant d’acheter quelque appareil ménager que ce soit, vous étiez obligé de vous « farcir » la lecture in extenso de son mode d’emploi, et dans toutes les langues s’il vous plaît ! Bref l’écœurement est proposé au client avant même de le mettre en appétit ! C’est avec peine que je pense aux recruteurs obligés d’en lire des dizaines… Du côté du rédacteur, c’est un vrai casse-tête. Entre ce qu’il veut dire et ce qu’il réussira à écrire, muni de tous les bons conseils des uns et des autres qu’il ne manquera pas de quémander, un peu bêtement d’ailleurs… et auxquels s’ajouteront ceux des nombreux livres consacrés à ce sujet, nul doute qu’il sera lui aussi, dès le démarrage, guetté par l’indigestion. Or ce CV si bavard ne dit pas l’essentiel. Il ne dit rien en effet de la puissance professionnelle de la personne et de ce qui rend son identité professionnelle unique. Pas plus que des ingrédients majeurs de son offre : sa motivation, sa créativité, sa personnalité… En fait rien n’est vraiment dit de son humanité professionnelle, comme si cela ne comptait pas ! A sa lecture, on reste dans la devinette…

Le jeter aux orties…? Faut-il pour autant ne plus faire de CV ? Non mais il ne faut pas en faire un prérequis dans la recherche d’emploi. C’est plutôt la dernière étape du nécessaire travail de réflexion sur soi. En fait, nous sommes dans une situation incroyable qui semble ne perturber personne et dont le caractère immobile laisse pantois* : d’un côté, le chercheur d’emploi dépense une énergie folle dans la réalisation de ce CV dont il pressent dès le démarrage qu’il n’est qu’une bouteille à la mer… Et, de l’autre côté, les chercheurs de profils exigent de recevoir ce média repoussant sur lequel il va leur falloir « ramer » pour trouver l’oiseau rare. Que d’énergie et de temps perdus pour un système qui ne contente personne. Mais surtout, que de talents passés dans les trous de la passoire !

D’où vient cette absurdité qui fait consensus et comment en sortir ? Est-elle due à la jeunesse de l’instrument, à celle du métier des RH, à la tendance actuelle à vouloir privilégier la forme sur le fond, à l’absurdité moderne de vouloir tout mettre en carte comme si cela permettait d’aller plus vite et plus directement au but ? Il paraît que les CV sont désormais lus (un bien grand mot pour la circonstance…) par des outils performants repérant les mots clés afin d’identifier le profil le plus adapté… Vivement l’arrivée des robots sur le marché de l’emploi, ça ira plus vite ! Je crois pour ma part, en prenant le risque de déranger les pratiques « académiques », qu’il y a derrière ce système peu contesté une sorte de paresse intellectuelle et un manque de réflexion et de concertation de tous les acteurs. Car bien sûr, il y a mieux à faire : par exemple, adopter les outils éprouvés de certains spécialistes du repositionnement professionnel. Chercheurs d’emploi comme chercheurs de profils en tireraient un grand avantage. Voici deux pistes d’amélioration concrètes :

- Le chercheur d’emploi : il faut l’entraîner à formaliser son offre avec des mots et des phrases. C’est-à-dire lui apprendre à dire tout simplement ce sur quoi il peut, avec force légitimité, se positionner. C’est un autre travail, plus difficile que celui de faire un CV fourre-tout mais qui donne de meilleurs résultats. Voyez par exemple comment les gens du conseil intègrent dans leurs propositions commerciales les mini-CV de ceux qui prendront part à la mission. Ils sont rédigés en quelques lignes avec les ingrédients qui savent faire le lien entre le client et la mission en question. Toutefois, un effort préalable est à fournir par le chercheur d’emploi : produire un vrai travail sur soi, avec méthode et entraînement. Ceci s’apprend.

- Le chercheur de profils : il faut l’aider à changer de comportement : en acceptant d’abord de se rendre de nouveau accessible (avez-vous remarqué qu’à l’heure de la « com à tout va », il n’est plus possible de joindre quelqu’un dans les entreprises ?) puis de recevoir directement des messages courts (comme décrits plus haut) venant des chercheurs d’emploi. Toutefois, un effort préalable est à fournir par le chercheur de profils : savoir faire comprendre ce qu’il attend au lieu de se contenter de demander un CV et muscler sa pratique de l’entretien professionnel afin d’être capable en quelques minutes d’identifier la puissance de l’offre d’un candidat, sans lecture préalable du CV. Ceci s’apprend.

Remettre de l’air dans le processus ! En permettant ainsi un retour du relationnel dans ce système, il s’agit bien de favoriser la rencontre entre tous les acteurs avec des moyens plus adaptés, utilisant davantage les ressources du marketing personnel. Ce qui appelle un changement culturel, y compris dans les Institutions publiques afin d’équiper les offreurs et les demandeurs d’emploi d’outils de promotion plus efficaces. La récente réforme de la formation professionnelle qui oblige désormais les entreprises à faire des entretiens professionnels tous les deux ans va d’ailleurs dans ce sens : professionnaliser l’évolution des carrières. On parle beaucoup du besoin de fluidifier le marché de l’emploi mais franchement, n’est-il pas temps d’essayer de nouvelles pistes ?

Yves Maire du Poset

* le numérique n’a pas changé les choses, il n’a fait que les accentuer !

Repost 0
Published by yves Maire du Poset
commenter cet article
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 18:14

Avec du temps et un peu d’argent, vous pouvez non seulement mieux envisager votre évolution professionnelle mais vous pouvez la piloter avec efficacité !

image de l'article sur le site des Echos

Vous avez 35, 45 ou 55 ans… ? Croyez-moi, c’est le bon moment d’investir dans votre avenir ! Pourquoi ? Parce qu’il n’est pas question de rater les 30, 20 ou 10 années professionnelles qui sont devant vous !

Les temps ont en effet changé et vous vous dites sûrement que, concernant votre offre professionnelle, bien des choses pourraient être améliorées : « Comment exprimer en quelques mots le cœur de ma puissance professionnelle ? Comment donner envie à ceux que je rencontre d’en savoir davantage ? Quelle est l’image que je donne de moi et suis-je vraiment au clair avec les éléments forts de ma personnalité ? Ai-je une bonne maîtrise des techniques d’écoute ? Comment reprendre langue avec ceux que j’ai négligés depuis tant de temps (eux aussi d’ailleurs…) ? Au fait, est-il judicieux de leur téléphoner ou plutôt de leur écrire ? Et puis surtout, comment vais-je m’y prendre pour que ma démarche pour réactiver mon réseau réjouisse mes interlocuteurs au lieu de les ennuyer comme le font les quémandeurs de recommandations…?»

Autant de questions qui illustrent quelques-unes des difficultés que les cadres et les dirigeants, aujourd’hui, rencontrent quand il s’agit de réfléchir à d’autres perspectives, de se remettre en marche, d’essayer d’anticiper, d’identifier de nouvelles opportunités… Côté évolution de carrière, l’époque n’est en effet pas simple pour les cadres !

La situation en quelques mots. Résumons : un chômage qui semble incompressible, des changements incessants de toutes sortes, techniques, organisationnels, culturels… auxquels il faut s’adapter en permanence et des exigences qui laissent de moins en moins de liberté. Bref, ces dernières années, l’univers des cadres s’est durci et leur horizon s’est assombri. Du coup ils sont aujourd’hui devant une évolution professionnelle incertaine. Pourtant, des solutions existent pour éclairer l’avenir : par exemple celle de décider de se prendre en main pour évoluer, comme un grand.

Car là se situe le grand changement. Autrefois (il y a seulement 30 ans…), le marché vous portait : une croissance économique régulière, de la stabilité dans les institutions publiques comme privées rendaient les évolutions de carrière faciles. Même l’immobilisme payait ! Et si l’on n’était pas content, il suffisait d’aller voir ailleurs ! L’offre était vaste et une simple petite dose de dynamisme réglait les accidents professionnels. Nous n’en sommes plus là.

Pourquoi c’est plus difficile aujourd’hui ? Ce qu’il faut comprendre avant tout est ceci : dans un marché de l’offre d’emplois abondant, seule la compétence technique a de la valeur. Quand dans une entreprise, un besoin apparaît, la rareté de l’emploi aidant, on se contente de cette compétence technique. Une fois trouvée, on se dit que la satisfaction des attentes du client suffira à combler la nôtre ! Voici donc notre entreprise dans un bain de joie technique, faisant fi d’un examen approfondi des autres compétences humaines. Et c’est ainsi que, dans tous nos grands groupes, les postes de managers ont été occupés - et le sont encore largement - quasiment exclusivement par ceux qui possédaient cette compétence technique sans même que l’on se pose la question de savoir s’ils avaient le talent managérial pour assumer cette fonction.

A contrario, dans un marché de l’offre d’emplois pauvre, il n’en va pas de même. Les affaires se raréfient, la concurrence est plus rude. Du coup, on comprend vite que la compétence technique ne suffit plus car d’autres la possèdent aussi. Il s’agit donc de prendre en compte, presque sous la contrainte, ce fameux versant des compétences comportementales, relationnelles. Bref tous ces aspects humains jusqu’alors délaissés, doivent reprendre leur place car en situation tendue (management, négociation, vente, communication stratégique…), ils font désormais la différence.

Ce changement qui devrait inciter à s’intéresser plus que jamais à ces compétences humaines, peu l’ont vraiment intégré. Il suffit de voir la notion d’employabilité : tout le monde veut la développer mais personne n’a vraiment compris que cela passe d’abord et avant tout par une meilleure maîtrise de ce versant transversal des compétences humaines.

Or face à un tel changement, les cadres et les dirigeants, mal préparés et mal entraînés, continuent d’attendre, un peu passifs. Mais qu’espèrent-ils ? Que quelqu’un va les prendre en main ? Qu’ils n’y comptent pas et qu’ils se mettent plutôt au travail afin d’être vraiment en condition pour évoluer !

Ce qu’il faut faire. Prendre le temps nécessaire à la réflexion sur soi, sur son parcours, sa personnalité et sur toutes ses compétences propres (et pas seulement techniques) qui font la différence. Idéalement, il vous faut mener cette réflexion avec un professionnel qui saura vous éprouver et vous guider dans l’analyse de votre offre. Il saura vous faire reprendre la main sur votre carrière et vous donner les 2 clés de la réussite pour « aller » vers le marché de l’emploi de manière efficace : cette confiance en vous qui va muscler votre marketing personnel et cette légitimité retrouvée vis-à-vis d’un marché certes difficile mais qui reste plein d’opportunités. Encore faut-il savoir comment les identifier…

N’ayez pas d’inquiétude, en évolution professionnelle comme dans tous les domaines, rien ne résiste à un travail bien mené.

Certes, cela a un coût. Mais ce coût, il faut savoir l’intégrer dans le temps, c’est-à-dire envisager son amortissement sur toutes ces années qui sont encore devant vous. Que sont en effet quelques milliers d’euros au regard du profit que votre carrière peut en tirer ? Je suis toujours frappé de voir à quel point chacun sait investir dans son image, dans son bien-être physique, dans tant de choses parfois futiles et… si peu dans ce qui est la garantie d’une bonne évolution de carrière sur le long terme. Franchement, est-ce bien le moment de se montrer « rat avec soi-même » ?

Le temps est en effet venu de piloter, soi-même, sa barque. Ce qui suppose deux décisions : d’une part, faire un peu de place dans son agenda pour réfléchir et travailler sur soi et, d’autre part, accepter l’idée d’un effort personnel sur le plan pécuniaire pour se mettre en marche vers l’avenir.

Repost 0
Published by yves Maire du Poset
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 15:33

Depuis 25 ans que j’œuvre dans le domaine des Ressources Humaines, j’observe que les succès comme les échecs professionnels sont moins le fait d’un problème de compétence technique que d’un problème de savoir-faire relationnels ou comportementaux mal maîtrisés.

Qu’il s’agisse de la conquête d’un marché difficile, d’une négociation ardue, d’une situation managériale tendue ou bien encore de la nécessité de faire évoluer sa carrière…, les cadres ne sont en effet pas toujours armés quant à l’art de maîtriser ces compétences relationnelles et comportementales qui accompagnent leurs compétences techniques.

Pour leur défense, il faut reconnaître deux excuses : d’abord le peu d’enseignement  fait dans les écoles, y compris dans les meilleures. Ensuite, l’évolution des organisations modernes a largement fragilisé la relation humaine ! De telle sorte que les cadres, mal formés au démarrage et de moins en moins entraînés au travail, sont souvent « à sec » face aux situations humaines complexes.

Ces sujets, largement sous-estimés dans ce qui va produire le succès ou l’échec professionnel, ont une conséquence cruelle : les cadres consacrent bien peu de temps à réfléchir sérieusement à la façon dont ils pourraient progresser dans ce domaine.

 

La solution ?... les « Ateliers du Jeudi »

 

Les « Ateliers du Jeudi », c’est une séance de travail que j’anime, en petit groupe de 18h à 21h sur un thème précis qui apporte des moyens concrets pour améliorer ses pratiques professionnelles et faire évoluer sa carrière.

 

 

Ce trimestre, le thème des « Ateliers du Jeudi » est :

RÉUSSIR LES 5 PREMIERES MINUTES D'UN ENTRETIEN

Suis-je vraiment prêt à parler de moi ?

Quelle est l’image immédiate que je donne ? Ma présentation est-elle structurée, attrayante, efficace ? Suis-je bien préparé à entrer dans la pensée de l’interlocuteur  afin de lui vendre mon offre ? Suis-je suffisamment entraîné pour « conduire » habilement le démarrage de l’entretien…?

 

A qui s’adresse l’atelier ?

 

Quel est le résultat attendu ?

Aux cadres qui ont besoin dans leur pratique quotidienne de savoir se vendre pour conquérir leurs interlocuteurs (entretien de recrutement, de réseau, de vente, prise de poste, etc.)

 

A l’issue de l’atelier, fort d’une connaissance complète des difficultés et du maniement des outils pour les surmonter, il sait convaincre dès les premiers instants.

 

Les ateliers ont lieu dans les locaux de PILOTER MA CARRIERE 9 rue du Mont Thabor (métro Tuileries) avec 6 à 8 participants cadres maximum. Le coût de l’atelier est de 250 € HT (300 € TTC)

Pour connaître les prochaines dates, envoyez-moi un mail pilotermacarriere@gmail.com ou téléphonez au 01 44 20 40 33

Repost 0
Published by yves Maire du Poset
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 08:36

1ère de couverture avec mention NouveauIl est des petites choses qui, parfois, changent la vie. Savoir dire « bonjour » en est une qu’il faudrait sans doute remettre au goût du jour ! Et pas seulement dans les grandes surfaces…

Un accueil du tonnerre. Un matin, en entrant dans une grande surface de bricolage* pour y acheter quelques clous, un agent du magasin me lance un sympathique « Bonjour ». Surpris, je me retourne et lui réponds avec un grand sourire sur le même ton.

Je poursuis ma route avec ce bonjour qui me revient en plein cœur. Je me dis : « Sympa ce magasin, c’est bien la première fois que dans une grande surface… ». Je me retourne et entends que chaque nouvel entrant bénéficie comme moi de cette amabilité : l’agent est décidément là pour bien accueillir les clients.

Franchement revigoré par cette bonne nouvelle, j’entre dans une allée, à la recherche de mes clous et me réjouis de ma bonne humeur car grâce à cet agent, l’enquiquinement qu’était pour moi cette affaire de clous s’est transformé en joie.

Ce que bonjour veut dire. Car en effet, que de promesses dans un tel bonjour : celle d’abord d’être reconnu comme un client qui compte même si ce n’est que pour trois clous…, celle ensuite d’être ainsi accompagné au démarrage de ma recherche et de trouver, qui sait, d’autres agents aussi accueillants sur qui je pourrai m’appuyer (si je ne trouve pas tout seul mes trois clous). Un tel accueil me laisse enfin penser que je suis comme invité à être écouté. Ce qui est malin, surtout quand on sait que toute question venant d’un prospect ou d’un client couve un désir d’achat…  Bref, j’ai le sentiment que cette visite utilitaire va se transformer en quelque chose de positif et de chaleureux ! 

Le choix entre l’Homme et l’organisation. Aurait-on décidé de changer le cours classique des choses qui, concernant l’accueil de ces grandes surfaces, va souvent à l’encontre du bon sens ? Reconnaissons les faits : le plus souvent, on a droit à l’accueil glaçant du planton de service, en général assez carré aux épaules, avec un œil menaçant, scrutant avec insistance le client entrant, et surtout, surtout… sans l’ombre d’un sourire. Un sourire qui devrait donner le la de la visite commerciale et surtout faire de votre entrée un événement ! Mais diable, lui aurait-on dit, pour le former, qu’il faut commencer par se méfier du client ?

Il y a ensuite le piège tendu dès l’entrée dans le magasin : ce fameux merchandising qui vous conduit, à votre insu, vers ce qui va remplir au maximum votre chariot et vous alléger financièrement le plus rapidement possible. Bref, une organisation sans doute pensée pour être la plus fructueuse possible mais qui, finalement, dégage autant de chaleur humaine qu’un réfrigérateur.

Mais alors, avec le retour d’un tel accueil sympathique, aurait-on décidé de remettre au goût du jour ce mot magique, simple comme… ? Et dont l’impact positif auprès du client est sans doute plus important qu’on ne le croit ? Question : qui sont ces équipes  « expérimentées » qui sont à la réflexion sur ce sujet de l’accueil dans ces grandes surfaces : le marketing, la sécurité, la direction financière… ? Certes, accueillir le client est au départ une charge et parfois même un risque… Mais au bout du compte, a-t-on bien mesuré le coût final d’un accueil médiocre, voire inexistant ?

Pour les entretiens professionnels, c’est pareil. Hé oui, il n’y a pas que dans les grandes surfaces où le peu de considération porté à ce moment clé de l’accueil est manifeste. Dans mon métier (je fais de l’outplacement et accompagne les cadres dans l’évolution de leur carrière), je suis souvent étonné du peu d’intérêt porté à l’art de réussir les premiers instants des entretiens, qu’ils soient de réseau ou de recrutement. Comme s’il s’agissait là de quelque chose d’entendu, de banal et sur lequel chacun se sent suffisamment expérimenté : « Réfléchir à la manière dont je dis bonjour…, vous rigolez, j’ai trente ans d’expérience professionnelle ! » Sur ce type de réaction, trois fois hélas… car ces dizaines de petites choses qui interviennent dans un premier contact (dire bonjour, regarder son interlocuteur, lui sourire, décliner son identité, lui serrer la main, dire quelques mots, j’en passe et des meilleures…) installent la relation de deux façons : soit dans un registre positif car en étant préparé et entraîné, on est immédiatement en situation d’écoute, comme libéré du souci de savoir quoi faire dans cette circonstance ; soit dans un registre beaucoup moins positif car en n’étant pas préparé, on est comme ficelé dans l’improvisation…

Un « must » qui change tout ! Or si les premiers pas dans les entretiens sont souvent affligeants, c’est  parce qu’ils ne sont non seulement jamais préparés mais pas même envisagés. Et l’on se prive ainsi de bien des avantages. Deux exemples concrets : quand on a travaillé cette question, on a compris que quand on est reçu, il faut savoir soi-même accueillir celui qui vous reçoit ; on a également compris qu’un peu de professionnalisme pour démarrer l’entretien facilite la prise de parole par l’autre et vous met ainsi dans une position d’écoute, favorable à vos intérêts… Bref, autant d’éléments à travailler qui vous évitent par la suite de ramer à contre-courant…!  

Oui, quelles que soient les circonstances, il faut apprendre à dire bonjour, s’y préparer et s’y entraîner. Dans une grande surface ou dans un entretien professionnel, cet art de l’accueil doit être maîtrisé. Souvenez-vous de ceci : un accueil réussi devrait fonctionner comme l’évidence d’une danseuse de Degas, une grâce qui vous tombe dessus !

 

Yves Maire du Poset, auteur de « Deux minutes pour faire bonne impression » à paraître dès le 8 septembre 2014 (Editions LEDUC)  

*L’entrepôt du bricolage (à Fontaine lès Dijon)

Repost 0
Published by yves Maire du Poset
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 09:04

1ère de couverture

NOUVEAU !

Sortie du livre le 8 septembre 2014 !

Deux minutes pour faire bonne impression

Apprenez à faire une bonne première impression au travail et dans la vie de tous les jours

(mais sans en faire trop !)

Que ce soit avec vos proches, vos collègues ou un recruteur, parler de vous – raconter votre parcours, votre personnalité, vos passions… – est un exercice difficile mais qui peut rapporter gros. Gare aux discours confus, trop longs ou ennuyeux ! Même vos enfants doivent comprendre facilement !

Au programme :

● Comment parler de vous avec clarté, en quelques secondes ou en deux minutes maximum

● Comment bien démarrer un entretien formel

● Comment inspirer confiance et enthousiasme à vos interlocuteurs

● Comment improviser un discours construit

 

Sortie du livre le 8 septembre 2014 !

Repost 0
Published by yves Maire du Poset
commenter cet article
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 18:47

Dès janvier 2015, chaque salarié devra bénéficier d'un entretien professionnel tous les deux ans. D'ores et déjà, il est conseillé de bâtir une stratégie pour pousser ses pions en interne. Les préconisations d'Yves Maire du Poset, expert en mobilité.

Exit l'entretien de deuxième partie de carrière, vive l'entretien professionnel. Une rencontre de plus? Pas seulement. A partir de janvier 2015, il s'agira pour l'employeur de faire un "état des lieux récapitulatif" de votre parcours professionnel en interne. Distinct de l'entretien d'évaluation, il formalisera une nouvelle obligation des entreprises, celle de veiller à la progression de ses salariés. L'occasion de prendre la main, de parler de soi, d'aborder tous les registres afin d'ouvrir de réelles perspectives de mobilité. Voici sept pistes proposées par Yves Maire du Poset, dirigeant du cabinet Piloter ma carrière*, pour anticiper et étayer une "offre professionnelle" charpentée et éloquente.

 

1- Evacuer l'a priori: "on me connaît"

Actif dans la maison depuis 10, 15 ou 20 ans, vous pensez que votre chef, votre gestionnaire de carrière ou le DRH a bien cerné votre profil. Rien n'est moins sûr! Nombre de managers ne repèrent que la technicité nécessaire à votre job. Or chacun de nous a de multiples facettes et une puissance professionnelle supérieure à ce que nous utilisons. C'est cela qu'il va falloir démontrer si vous voulez ouvrir d'autres portes. Le jour "J", votre supérieur risque de vous accueillir en disant "Je sais, depuis le temps que nous travaillons ensemble". Apprêtez-vous à répondre, "oui mais j'aimerais juste te rappeler en trois mots qui je suis..." ou "t'informer que...".

 

2- Noter faits et idées notables au fil de l'eau

Il s'agit de récolter dès aujourd'hui le matériau nécessaire à votre réflexion. Munissez-vous d'un cahier et renouez avec l'écriture. Formaliser noir sur blanc permet de mémoriser, de formaliser des idées et des mots justes. Dès qu'une pensée ou un souvenir professionnel intéressant vous vient dans le métro, le bus, une salle d'attente, au restaurant... notez-la illico sinon elle vous échappera. Et consacrez 1 à 2 pages à chaque thème afin de vous y retrouver aisément par la suite.

 

3- Prendre des RV avec soi-même

Réservez-vous sur votre agenda des temps de 45 minutes, une fois par semaine au moins, avec cet intitulé: "Mon moment". Le seul moyen de s'extraire de l'agitation quotidienne. Fermez tout, la porte de votre bureau, oubliez vos téléphones et votre ordinateur. Vous n'y êtes pour personne, même pour le boss. Profitez aussi de l'interruption estivale sur la plage ou à la campagne, pour vous projeter dans l'avenir. L'éloignement du bureau aide à faire le bilan et à faire le point sur son potentiel.

 

4- Bâtir sa courbe de carrière

Durant ces retours sur soi, revisitez votre parcours professionnel. Prenez une feuille de papier et un crayon. En abscisse, indiquez-en les dates significatives -poste, entreprise, responsabilités- et en ordonné un taux de satisfaction de 0% (l'enfer) à 100% (le paradis). Dessinez une première courbe croisant ces items. Puis réalisez une deuxième courbe plus détaillée en illustrant chaque étape clé de faits concrets (missions, tâches, résultats). Les hauts et les bas vous sauteront aux yeux et vous éclaireront sur les points majeurs à creuser: ce qui vous a permis de réussir; ce qui a conduit à l'échec. N'omettez aucun domaine: compétences, motivation, environnement, moyens... Puis relevez ce qui vous a rendu heureux et ce qui vous a paru pénible. Et élucidez le pourquoi.

5- Repérer ses "fiertés"

Interrogez-vous: "Qu'est-ce que je sais faire de mieux? De mieux que d'autres? Qu'est-ce qui me fait vibrer?". Vous allez débusquer des talents particuliers, différenciants, valorisants et que vous pourrez exploiter dans l'avenir (sens diplomatique, habileté manuelle, etc.). Je me souviens d'un ingénieur confirmé, qui, lorsqu'il débuta en bureau d'études chez Renault, résolut un casse-tête d'agencement de pièces mécaniques grâce à l'utilisation d'un chewing-gum. Son ingéniosité avait épaté ses collègues. Ce "Géo Trouve tout" a l'art de raconter cette anecdote dans tous types d'entretiens et elle marque les esprits.

6- Ecrire et "pitcher" cinq expériences réussies

Il s'agit d'exhumer les ingrédients du succès. Là encore, prenez un papier et du crayon et narrez à chaque fois sur deux pages au maximum un projet bien mené. Explorez systématiquement trois chapitres: le problème, ce que j'ai fait (ou "nous avons fait"), le résultat. Cela permet de structurer le raisonnement. Relisez-vous et affinez le texte en montrant ce que cette histoire a d'unique par rapport à d'autres similaires: un savoir-faire, une méthode, un goût du contact. Enfin résumez-la en trois lignes en vue d'accrocher votre futur interlocuteur en un temps record.

7- Aller à la rencontre d'autres métiers

Comment vous voyez-vous dans 5, 10 ou 15 ans? La question est difficile, mais elle a son importance. Rencontrez des pairs ou des hiérarchiques des services d'à côté pour clarifier vos envies et, le cas échéant, changer votre image. Tel cet ingénieur d'une grande SSII qui à 47 ans, se voyait bien en "communicant". Il était doué à son poste, mais dans le fond il s'ennuyait. Il a osé se renseigner autour de lui et dire son aspiration à son n+1 et aux RH alors qu'il n'avait pas la formation ad hoc. Comme il avait un solide esprit de synthèse, une bonne plume et un bel appétit en matière relationnelle, il a fait valoir ses arguments et a pu bifurquer à la direction de la communication. Meme pour les timides, aborder vos voisins d'étage n'est pas si compliqué: "je travaille sur tel sujet, vous pourriez sans doute m'aider... Et vous, votre métier consiste en quoi précisément?". Les gens adorent parler d'eux. En plus ils mentionneront peut-être de jolies opportunités intra muros.

 

http://www.lexpress.fr/emploi/gestion-carriere/sept-conseils-pour-bouger-en-interne_1550212.html 

Repost 0
Published by yves Maire du Poset - dans Articles parus dans la presse
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 12:44

Les-Echos-5-mai-2014.jpgEt si, pour changer d´air, vous faisiez un petit détour par un bon « classique » fourmillant d´idées qui ne manqueront pas d´enrichir vos réflexions et de vous aider dans vos actions futures ?

Avec Balzac, on n´est jamais déçu. Forcément il y a tant de choses dans ses livres : des personnages hors du commun, des aventures incroyables, des leçons de vie, des perles à chaque page qui ne cessent de vous arracher sentiments d’admiration, élans d’intérêt, voire de passion et, parfois, quelques rires jaunes parce que vous vous apercevez vite que c’est de vous dont il s’agit…

Sociologue, historien, psychologue, politique, moraliste, observateur en tous genres, rien ne l’arrête. Il sait vous entraîner dans le tourbillon de ses passions et de ses emportements. Lire un roman de Balzac, c’est accepter dès le départ d’en sortir transformé, comme ébouriffé par grand vent !

Si j’ai choisi aujourd’hui de vous parler de ce Médecin de campagne, c’est parce qu’il s’agit d’une belle histoire dont les enseignements sont fort intéressants et pleins d’actualité. Faut-il ajouter que le roman est si magnifiquement écrit qu’on entre dans l’histoire comme un ver dans la terre…

C’est quoi l’histoire ?C’est principalement celle d’un personnage haut en couleurs : Benassis. Il est médecin, arrive à mi vie dans un village du Dauphiné, en devient maire et, en quelques années,  sort toute la contrée de sa torpeur. Là où misère économique et pauvreté régnaient en dépit d’une riche nature, il sait créer peu à peu de la croissance avec toutes sortes d’activités agricoles et industrieuses. Sa technique ? Il commence par observer ce pays ; il repère vite ses  quelques ressources puis cherche à identifier les attentes des populations du canton et de Grenoble, la grande ville la plus proche. A force de travail et de conviction, il réussit à créer de nouvelles richesses. Un exemple : il constate que tous les paysans achètent à Grenoble les clayons dont ils ont besoin pour y livrer leurs fromages. Il convainc donc un paysan de cultiver de l’osier puis réussit dans la foulée à créer de toutes pièces une petite industrie fabriquant toutes sortes de produits de vannerie : paniers, claies… afin d’alimenter les marchés avoisinants. Fort de ce premier succès, il fait venir la main d’œuvre nécessaire pour accompagner l’essor de cette activité et crée ce qu’il faut pour satisfaire leurs nouveaux besoins… Ainsi en quelques années, Benassis crée-t-il un cycle économique et social vertueux. Tous sont derrière lui car il a su imposer son autorité mais il est surtout un homme de bien qui n’a d’autre but dans la vie que celui de servir.

Car là est son secret : on comprend que cette vie est l’endroit d’un envers moins illustre. Benassis rend en effet à l’humanité ce qu’il lui a pris dans sa jeunesse : en offrant désormais son intelligence et son expérience aux autres, il paye sa dette. Tout au long du roman, vous le verrez avec bonheur, Benassis va raconter cette vie passée et s’en expliquer.

Aujourd’hui, quels enseignements peut-on tirer d’une telle œuvre ?

Quelques lignes ne suffisent évidemment pas à rendre compte de sa richesse. J’ai donc choisi de ne sélectionner que deux enseignements, que notre modernité, si souvent dans l’excès, ferait bien de prendre en compte : l’un sur la marche de l’économie et l’autre sur le management.

Un enseignement sur la marche de l’économie. Si l’on suit notre médecin de campagne, pour créer de la croissance, il faut commencer par regarder à sa porte : là se trouvent les premiers besoins à satisfaire. Certes, ce ne sont au démarrage que des besoins primaires mais leur satisfaction créera vite la richesse suffisante pour ouvrir la porte à d’autres besoins plus élevés. Balzac faisait déjà ce constat que « c’est l’activité qui crée l’activité. »* 

Or avec  ce livre, nous mesurons notre échec actuel sur ce terrain de la création économique. Notre choix de nous retirer de certaines activités considérées comme inférieures n’en est-elle pas la cause principale ? En faisant le pari du développement uniquement technologique tout en renonçant au reste, nous avons fait le lit d’une croissance qui finalement s’éteint parce qu’incomplète et donc déséquilibrée.

L’exemple édifiant que Benassis donne de la création d’une activité de tanneries et de confection de chaussures rappelle l’un de nos choix inconséquents il y a quelques décennies : ne plus fabriquer de chaussures. Pensions-nous à l’époque que nos contemporains iraient désormais pieds nus… ? Finalement, qu’avons-nous gagné dans cette opération ? Notre industrie de la chaussure a disparu et son berceau, Romans sur Isère, a un taux de chômage record de 21,15% ! Et nos enfants ne marchent plus qu’avec des mochetés en plastique fabriquées en Asie et dont les prix, bien supérieurs à une chaussure classique en cuir de qualité, font le bonheur d’entreprises étrangères florissantes !

Question : dans nos projets économiques, dans l’entreprise, dans nos institutions…, ne sommes-nous pas atteints par le syndrome de la « grossitude » qui finalement nous éloigne de nous-mêmes ? En dédaignant les « petites » activités, on se prive de l’essentiel : la chance d’un  travail pour tous. Facteur principal de la socialisation, celui-ci permet à l’individu de croire en lui puis de nouer des liens utiles sur le plan économique. Or qu’avons-nous fait depuis tant d’années sinon tourner le dos à cette évidence et à son corolaire, le bonheur pour tous d’« entrer en société économique » et de participer à son essor ?

Conséquence : il faut très vite reprendre langue avec le local et la proximité des besoins économiques primaires. Ce qui exige de faire un peu moins de place aux économistes « macro » qui sont dans l’échec absolu et d’en faire davantage à des économistes de terrain qui comprennent ce que veut dire le concept de création de valeur économique. Car c’est sur ce créneau que l’activité nouvelle est la plus facile à créer et que la mobilisation des populations est la plus vive.   

Un enseignement sur le management. Benassis sait faire bouger les choses en alliant efficacité du chef et goût de l’humanité. Pour réveiller sa contrée, il y investit toute son énergie. Il n’est pas un économiste ni un politique mais il observe, écoute, cherche à comprendre les uns et les autres. C’est ce goût de la proximité qui produit chez lui de la créativité. Et, quand il est convaincu, il lance ses projets. Il jauge chacun des acteurs, il leur fait confiance, il les met à l’épreuve et les accompagne par sa présence constante. Il sait se retirer dès que le succès se fait visible mais sait se réjouir avec ceux qui l’ont produit.

Benassis croit en l’Homme, infiniment. Toujours, il agit avec cette bienveillance qui donne de la dimension à son ambition d’« élever ce pays comme un précepteur élève un enfant.» Il connaît les Hommes et n’en attend pas plus que ce qu’ils peuvent donner, chacun  sa mesure. Charitable ? Oui mais avec modération : en tant que médecin, il ne fait payer que ceux qui le peuvent, en économiste, il cherche avant tout à accompagner les volontés. Il sait donner, accorder du crédit, il sait aussi s’enrichir mais avec cette mesure qui intègre le partage nécessaire du succès avec ceux qui le construisent. En somme, Benassis est un bel exemple de manager équilibré qu’on aimerait voir fleurir davantage !  

*Michel GODET car il faut rendre à César…

Repost 0
Published by yves Maire du Poset - dans Articles parus dans la presse
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 07:47

Les Echos 24 avril 2014        Savoir se présenter, dire qui l´on est en quelques mots est souvent paralysant. Or curieusement, personne n´est préparé sur cet aspect du Marketing personnel... Pourtant, parler de soi, cela s´apprend ! A la clé, une confiance en soi retrouvée pour tisser de nouveaux liens !

 

Sur bien des sujets importants de la vie, nous ne bénéficions d’aucune instruction : se nourrir, nouer des relations, entretenir son corps, gérer son temps…. Des impasses sont ainsi faites qui nous mettent souvent en difficulté !

Savoir parler de soi fait partie de ces exercices considérés comme allant de soi. Et c´est sans préparation qu´à chaque rencontre, on tente de dire qui l´on est, ce que l´on sait faire, ce que l´on peut apporter et… pourquoi nous ne ressemblons à personne ! Or neuf fois sur dix, dans ce genre d’exercice, on se prend les pieds dans le tapis. Sans chute mortelle mais tout de même, on se dit après coup qu’on aurait pu mieux faire. Parfois même, sur le chemin du retour, le doute s’installe : « qu’est-ce que mon interlocuteur a compris de ce plat de nouilles que je lui ai servi… ? sait-il vraiment qui je suis… ? » Et chacun comprend vite que faire une première bonne impression ne se renouvellera pas deux fois… 

Des faits accablants. A l’heure du marketing de soi, du « personal branding », du « story telling », que sais-je encore…, pas une école, pas une université n’en fait un passage obligé dans son cursus : pense-t-on que les jeunes diplômés peuvent aborder le marché de l’emploi sans préparation, que les rencontres professionnelles avec les recruteurs comme avec le réseau se feront sans avoir à parler de soi… ?

Dans l’entreprise, ce thème n’est guère mieux traité. La preuve ? Il ne représente rien dans le budget de formation. On considère, là aussi, que cela va de soi : vis-à-vis des clients comme des fournisseurs, on ne bénéficie d’aucune préparation pour se présenter. Même pour les commerciaux : si pour muscler la relation avec les clients, on les forme aux techniques commerciales, ils ne sont jamais formés sur l’art de parler d’eux*. Or y a-t-il meilleur moyen de favoriser le lien de confiance avec le client qu’une bonne connaissance mutuelle allant au-delà du professionnel ?

Ceci est d’ailleurs vrai pour tous les acteurs de l’entreprise pour qui les occasions de parler de soi sont nombreuses. Elles participent en effet au confort des salariés qui ont besoin de reconnaissance et d’évolution, du manager qui a besoin de meilleurs liens avec ses équipes, du nouvel arrivé qui veut réussir sa prise de poste, du chef d’entreprise qui a besoin d’un « story telling » mobilisant…

C’est également vrai dans la vie quotidienne. Vous croyez que vos proches savent ce que vous faites sur le plan professionnel ? Demandez à l’un d’entre eux de vous dire en quelques mots ce qu’il dirait de vous pour vous présenter et vous serez édifié ; faites le test avec votre belle-mère ou votre beau-frère, vous verrez ! Je ne plaisante pas : en ne sachant pas dire qui nous sommes à nos proches, nous les privons peut-être du bonheur de participer à notre propre réussite et nous piétinons des opportunités dont nous aurions pu profiter.

La cruelle réalité. Mais le pire est qu’en sous-estimant l’importance de se préparer sur ce thème, nous nous privons d’un atout majeur au démarrage de tout entretien : parler de soi savamment développe en effet chez votre interlocuteur une attention redoublée. Ainsi pendant qu’il vous écoute, vous êtes en réalité vous-même en train de l’observer et de l’écouter. Vous le pouvez aisément car vous êtes comme libéré de ce risque de l’improvisation qui atténue toute capacité d’écoute. Réussir à bien parler de soi vous fait gagner ainsi du terrain sur votre interlocuteur. C’est ce qui fait la force d’un acteur maîtrisant parfaitement son texte, quand bien même un spectateur s’écroulerait dans la salle, il saurait mener son texte à bon port ! 

Parler de soi, cela s’apprend. Travailler sur ce sujet sert non seulement à construire un discours compréhensible et percutant mais aussi à donner à son interlocuteur les éléments qui lui permettront de se mobiliser sur votre histoire. Tout dire en quelques minutes ? Non mais dire ce qu’il faut pour donner envie, étonner quelque peu pour maintenir cette envie, intriguer parfois pour le mobiliser sur votre récit… A ce stade de l’échange, ce n’est pas de conviction dont votre interlocuteur a besoin mais de points d’accroche sur votre récit ! Vous êtes comme un pêcheur qui lancerait simultanément plusieurs hameçons dans l’espoir que l’un d’entre eux prendra…

Mais avant cela, il faut apprendre à décliner ces éléments susceptibles de capter l’attention de l’interlocuteur,  apprendre à les ordonner et ensuite apprendre à les formaliser. Ainsi vous livrerez de façon progressive ce que l’autre attend. Car ce discours doit faire quatre choses en même temps qui, hélas, ne vont pas ensemble : rassurer, séduire, faire comprendre et raconter. Un vrai travail de formalisation est donc nécessaire pour parvenir à ramasser tous ces éléments en quelques minutes, dans un esprit permanent d’équilibre. Presque de la littérature vous dis-je… ! Hélas, faute de préparation, le risque de perte d’attention de votre interlocuteur est grand (je n’ai pas dit d’endormissement…).

J’ajoute qu’un tel exercice doit, au démarrage de l’entretien, viser une certaine universalité : on ne connaît pas forcément la personne que l’on rencontre. Pour ne pas se tromper, il s’agit donc de composer son discours en s’adressant à tous les types de personnalité : les cerveaux gauche comme les droits, les corticaux comme les limbiques. Je vous devine en train de sourire… mais croyez-vous vraiment qu’un profil purement ingénieur vous entendra de la même façon qu’un profil purement créatif, un profil financier autant qu’un profil littéraire ! Pour bien communiquer, il faut commencer par n’exclure personne ! C’est seulement dans un deuxième temps que vous affinerez votre communication en fonction de la personnalité qui, dans l’échange, se fera jour.

Au fond, savoir parler de soi est simple : l’objectif est de livrer à votre interlocuteur, dès le démarrage de l’échange, des éléments à quoi il peut, a priori, s’intéresser. Quant aux moyens d’y parvenir, ils nécessitent un vrai travail de formalisation pour arriver à l’idéal d’une bonne communication de soi : mêler dans un même discours ce que vous pouvez apporter et ce que l’autre attend !

 

* D’ailleurs, les commerciaux dans l’entreprise ne sont pas mieux formés sur l’art de présenter l’entreprise qui les emploie, chacun la décrivant à sa manière…

 

Repost 0
Published by yves Maire du Poset - dans Articles parus dans la presse
commenter cet article
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 08:02

Les-Echos-4-avril-2014.jpgVous êtes « invité » à sortir de votre entreprise. On vous propose un outplacement ? Prenez-le ! Mais avant, sachez quels sont les bons critères pour choisir votre consultant, quels  sont les principaux pièges et défis auxquels vous serez confronté !

Ce matin, Pierre est prié gentiment d´aller voir ailleurs ! Son entreprise vient de le lui faire savoir : son poste n’a plus l’intérêt qu’il avait par le passé. Sa personne n’est, bien entendu, pas en cause, on lui garde toute sa confiance mais sur le plan économique, les faits sont têtus : on a eu beau chercher une solution en interne, « on n’a pas trouvé pour lui de mobilité heureuse. » Bien évidemment, on ne va pas le laisser tomber : un cabinet d’outplacement va l’aider à passer dans les meilleures conditions cette transition et, quoi qu’il arrive, « nous serons toujours là, mon cher Pierre, pour vous aider…»

Pour tous ceux qui sont dans cette situation et quand bien même la pilule est enrobée de caramel, la secousse est violente. Et, selon qu’ils sont plutôt battants ou battus, au sommet ou fondus dans la masse, experts ou généralistes, paranos, raisonnables, fatalistes, que sais-je encore…, les questions fusent, sans beaucoup de réponses à ce moment-là.

Ajoutons que ce problème « pro » va vite devenir un problème éminemment « perso » : en quelques jours, vous allez en effet faire une auto-psychanalyse à vitesse grand V ! Passer en effet d’un statut confortable de salarié à celui de demandeur d’emploi pointant chez Pôle Emploi… au secours !

Le consultant, sa mission. Or c’est dans un tel tourment que va intervenir l’outplaceur qui vous suivra sur ce chemin vers une nouvelle activité. D’abord en vous faisant réfléchir sur vous ; puis en vous aidant à vous projeter dans l’avenir ; et, enfin, en vous préparant à convaincre le marché. Telles sont les grandes étapes classiques d’un outplacement.

Sur le papier, tout semble clair, structuré, presque facile. Pourtant les choses ne le sont pas autant qu’on pourrait s’y attendre. En voici les raisons : l’outplaceur n’est en aucun cas Dieu le père ou je ne sais quelle machine magique ayant réponse à tout pour vous guider dans votre recherche. Il est en effet lui-même confronté à quatre défis qu’il a pour mission de relever avec vous.  Et c’est sur sa capacité à les relever, et sur cette seule capacité, qu’il vous faut le juger.

Premier défi : vous aider à mettre de l’ordre dans votre offre afin d’en dégager une puissance majeure : au début, votre offre ressemble probablement à une chambre d’enfant mal rangée plutôt qu’à une pièce savamment ordonnée où chaque objet serait à sa place. Question : avez-vous une idée claire, précise et complète de ce qu’il y a dans votre offre et de ce qui peut intéresser le marché… ? Deuxième défi : vous aider à percevoir quelle image professionnelle vous avez vraiment : l’image que vous avez auprès de ceux que vous connaissez compte en effet beaucoup dans l’offre que vous allez construire. Question : à part cet entretien d’évaluation sec, chiffré et emprunté auquel vous avez droit une fois par an dans votre entreprise, de quand date le dernier feed-back d’un expert sur cette question sensible… ? Troisième défi : vous  aider à communiquer avec de la technique pour convaincre : vous vous sentez peut-être très fort dans la vie commerciale mais êtes-vous vraiment préparé à vous vendre ? Question : êtes-vous bien sûr que le discours que vous allez « servir » à vos futurs interlocuteurs servira au mieux votre cause… Savez-vous communiquer « à cerveau total » ? Quatrième défi : vous donner sur tous ces sujets essentiels le bon exemple en choisissant de vous dire la vérité : savoir parler de vous avec justesse et clarté, savoir écrire pour être reçu par ceux qui peuvent vous être utiles, savoir gérer toutes les embûches probables des entretiens sans se faire « bananer…», relancer au téléphone ceux qu’on connaît et ceux qu’on connaît moins… Bref, sur tous ces thèmes, c’est surtout d’entraînement dont vous aurez besoin ! Question : de quand date votre dernière confrontation au réel sur de tels sujets ?

De tels défis exigent en effet quatre qualités humaines essentielles : une attention faite de toute l’humilité nécessaire pour comprendre chaque situation, une expérience de la relation humaine réellement vécue et large, une vision du marché de l’emploi globale et pertinente et enfin une capacité à transmettre non seulement le concept utile mais la bonne pratique.

C’est de cette complétude et de cet équilibre de qualités dont l’outplacé a besoin et non de ces faux arguments vendus pourtant avec éclat : l’accueil du cabinet (aux petits oignons…), l’épaisseur de la moquette…  Pire, la taille du cabinet qui, bien vantée, rassure le besoin grégaire de l’outplacé en lui offrant l’illusion d’un retour immédiat dans le cocon d’une entreprise (« Dans notre cabinet, vous allez croiser beaucoup de gens dans votre situation… »), le relationnel du cabinet aussi long que le nez de Pinocchio, etc.

Oubliez tout ceci qui n’est pas l’essentiel et choisissez plutôt la voie de la raison : la recherche du bon duo que vous formerez avec le consultant choisi, non en fonction de vos petites faiblesses du moment et de votre besoin compréhensible d’être remis en confiance mais en fonction de ces vrais défis qui ne manqueront pas de se présenter et, qu’avec lui, vous relèverez afin de réussir cette transition.

Yves Maire du Poset

Repost 0
Published by yves Maire du Poset - dans Articles parus dans la presse
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 16:07

Les-Echos-21-janv-2014.jpgPierre ROSANVALLON, professeur au Collège de France, veut redonner de la visibilité aux « oubliés » de la société. Une ambition dont l´entreprise aurait tout intérêt à s´inspirer pour sortir de ses excès passés et redonner de la vigueur et de la performance à la communauté qu´elle représente !

 

L’ambition de Pierre ROSANVALLON est à la fois grande et simple : redonner de la visibilité aux invisibles de la société, c’est-à-dire à tous ceux dont les vies et trajectoires, depuis 30 ans, ont disparu des écrans : chômeurs, ouvriers, cadres en fin de carrière, précaires de toutes sortes, gens aux fonctions de sous-traitance devenues obscures… Son idée : les engager à raconter leur vie afin de faire remonter à la surface un peu de leur puissance et de leur fierté. Par la narration, il s’agit de faire sortir ces vies personnelles et professionnelles de l’ombre dans laquelle elles sont plongées. C’est, selon lui, le meilleur moyen de réactiver le lien social que notre société moderne s’échine à détruire !  

 

L’entreprise ne devrait-elle pas, elle aussi, s’inspirer d’une telle ambition afin de recréer en son sein ces liens perdus durant ces 30 dernières années et qui ont indiscutablement entamé sa performance ? Car l’entreprise est confrontée à un contexte terriblement exigeant et à des changements perpétuels dont les effets ne sont pas tous suivis de bénéfices sur le plan humain : le formidable développement des outils techniques, la croyance au génie des organisations matricielles faisant parfois fi de tout bon sens, le primat des réductions de coûts bien souvent au détriment de toute innovation*, l’incessante fracturation des groupes se cédant, se reprenant, se « spin offant »…, l’éventail des rémunérations s’ouvrant à l’extrême dès la fin des années 80 et son effet clivant malheureux, etc.  

 

Autant d’excès qui n’ont pas toujours été synonymes pour l’entreprise de qualité. En délaissant ce versant humain au profit de celui de la technicité, de l’ordre gestionnaire et du profit avant tout, l’entreprise a fabriqué ce cloisonnement propice à l’ignorance des uns par rapport aux autres. Elle a du coup asséché un relationnel dont elle a pourtant le plus grand besoin. N’est-il pas en effet l’un des ingrédients majeurs de la réussite économique et surtout le plus sûr moyen de  lutter contre ces mornes tendances des 30 dernières années ? Oui, ce qui manque aujourd’hui à l’entreprise, c’est ce temps, ces liens et cette humanité sur lesquels elle n’a pas suffisamment puisé. Avec les résultats que l’on sait, dont la défiance qu’elle suscite n’est pas la moindre. C’est pourquoi remettre un peu de ces bons ingrédients dans l’entreprise, comme Pierre ROSANVALLON souhaite le faire dans la société, n’est pas seulement nécessaire pour recréer un esprit de communauté en son sein mais vital comme un pas vers l’équilibre !

 

Dans mon métier qui consiste à accompagner des cadres et dirigeants dans leur repositionnement professionnel, l’un des aspects qui frappe en effet le plus est leur grande difficulté à parler d’eux mais aussi à sortir de leur isolement. Et, en écrivant il y a 7 ans « L’art de parler de soi », j’avais déjà la même conviction : il fallait permettre à ces personnes de sortir de cet état de déprime latent et les aider à retrouver ces « fils fragiles » de leur histoire dont parle Pierre ROSANVALLON puis les aider à reconstruire ce récit nécessaire pour promouvoir leur offre professionnelle. Et leur donner ainsi les moyens de re-fabriquer aisément du lien pour rebondir dans ou hors de l’entreprise. L’équilibre entre la technique et l’humain s’étant défait, il me paraissait urgent de le rétablir.   

 

Pour l’entreprise comme pour la société, redonner la parole et reconstruire le lien est un enjeu de taille : en aidant les personnes à retrouver ce qui fait la force leur histoire, en favorisant de la sorte la connaissance mutuelle de chacun, des métiers, des fonctions, des hiérarchies…, en participant au décloisonnement déprimant de ses organisations et de ses acteurs redevenus enfin visibles et reconnus, l’entreprise fait un pari de croissance vertueux : celui d’une performance accrue et partagée par sa communauté tout entière.

 

 

* n’y-a-t-il pas là une part des raisons de notre difficulté à récréer des emplois ?

Repost 0
Published by yves Maire du Poset - dans Articles parus dans la presse
commenter cet article

Mes livres

Pour acheter un livre directement sur le site des Editions Leduc, cliquez sur l'image

 

 

livre Décrochez le job de vos reves

 

Livre Réussir entretien recrutement

 

livre Toutes les clés du savoir vivre