2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 17:02

Le Journal du net Pot de départlogo journal du netDire au revoir à son entreprise passe souvent par un moment de convivialité entre collègues. Voici comment ne pas le rater.

 

Retraite, démission, licenciement... Quel qu'en soit le motif, votre départ se conclut par une petite cérémonie autour d'un verre. L'occasion de dire au revoir, de remercier et de partager un moment avant de se séparer. Pour que rien ne vienne gâcher la fête, quelques règles s'imposent.

 

1. Invitez en bonne et due forme

Pour réussir son départ, il faut d'abord réussir son invitation. Mettez-y les formes en envoyant un message officiel à tous les convives plutôt que d'annoncer l'événement par petits groupes, au détour d'un couloir ou entre deux portes. Evitez aussi de prévenir les collègues à la dernière minute. Un délai d'une semaine permet de s'organiser pour se rendre disponible à l'heure hH.

 

2. Commencez de bonne heure

Traditionnellement, le pot en entreprise se déroule en fin d'après-midi, pour ne pas couper la journée de travail. Vous devez cependant éviter de lancer les hostilités trop tard. "Le rendez-vous doit être fixé juste avant le départ des collègues qui partent le plus tôt, conseille Yves Maire du Poset, auteur du livre "Toutes les clés du savoir vivre en entreprise" aux éditions Leduc. Ainsi, tout le monde peut passer une tête, ceux qui quittent l'entreprise à 17 heures comme ceux qui restent tard."

 

3. Invitez largement

Au moment de quitter son entreprise, on peut être tenté de se montrer sélectif sur la liste des invités. Erreur ! Vous risquez d'insulter l'avenir. "Invitez tout le monde, des plus hautes huiles à la femme de ménage, conseille Yves Maire du Poset. La vie est longue, vous avez toujours intérêt à laisser une bonne image en partant." Lui-même se souvient d'un gros contrat signé grâce à une assistante avec qui il était resté en contact. N'oubliez personne, car eux n'oublieront pas.

 

4. Ne soyez pas rancunier

Pourquoi inviter poliment ce collègue détesté, alors même que vous le quittez ? "Parce qu'inviter votre pire ennemi à votre pot de départ constitue probablement la meilleure des vengeances", sourit Yves Maire du Poset. Surtout, le blackilister ouvre la voie à des critiques, même après votre départ. "N'oubliez pas que tout le monde est au courant des histoires entre vous, rappelle Yves Maire du Poset. Si vous l'accueillez à bras ouvert, vous passez pour un artiste !"

 

5. Remerciez malgré tout

"Un discours, un discours, un discours..." Au cours d'un pot de départ vient inévitablement le moment où vous devez prendre la parole. Si vous êtes un orateur de haut vol, pas de problème. Si vous ne goûtez guère l'exercice, fendez-vous tout de même de quelques mots. Les remerciements font partie des figures imposées, même si on vous pousse vers la sortie. Impossible d'y couper, mais inutile d'en faire des tonnes. Trop d'hypocrisie sonnerait faux.

 

6. Ne mélangez pas les genres

Cette petite cérémonie consiste à dire adieu à ses collègues. Il n'est pas utile d'y associer famille ou amis. Même les relations professionnelles extérieures à l'entreprise n'y sont pas leur place. Pour dire au revoir à vos clients, invitez-les plutôt à déjeuner la semaine précédente. Le pot doit rester un rendez-vous interne.

 

7. Montrez-vous généreux

Sauf parfois lors du départ en retraite, c'est généralement le salarié sur le départ qui régale. Au moment des courses, vous devez absolument éviter la pingrerie, même s'il n'est pas question de casser sa tirelire. "Il ne faut pas se montrer radin, surtout au niveau des quantités, estime Yves Maire du Poset. Mieux vaut offrir du mousseux que de se retrouver à court de champagne." N'oubliez pas que certains convives pointeront le bout de leur nez bien après le coup d'envoi. Il serait dommage de vous retrouver à sec

 

8. Ne soulez pas tout le monde

L'alcool a beau être interdit dans le règlement intérieur, une certaine tolérance peut exister. Le plus simple consiste à se conformer aux usages en vigueur dans l'entreprise. Gardez cependant en mémoire que certains prennent la route après le pot. Si proposer du vin n'est pas un pousse-au-crime, les alcools forts sont plus problématiques. Vous pouvez éventuellement prolonger la fête dans un bar. Dans tous les cas, prévoyez jus de fruits et sodas pour les collègues qui ne boivent pas d'alcool.

 

9. Accueillez chacun

C'est votre départ et c'est votre pot. Alors, comportez-vous comme un hôte. Prenez le temps d'accueillir chaque convive individuellement par un petit mot et une invitation à aller se servir. "Même si vous ne leur consacrez que 3 secondes, ce moment est important. Lorsque vous serez parti, vos invités s'en souviendront", assure Yves Maire du Poset.

 

10. Laissez venir les cadeaux

Souvent, la tradition veut que l'on offre au moment du pot des cadeaux au collègue qui s'en va. Evidemment, cette initiative ne vous revient pas. Mais vous pouvez quand même simplifier la vie des collègues qui vous veulent du bien. Evitez, par exemple, d'envoyer votre e-mail d'invitation à des destinataires cachés. Ils pourront ainsi savoir qui est convié aux réjouissances. Plus pratique pour organiser la collecte !

 

Fabien Renou

Le Journal du Net

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 08:50

Entreprises, vous vous plaignez que la mobilité interne ne marche pas. A qui la faute ? Avez-vous seulement pris la peine de préparer vos équipes à l'esprit de mobilité ?

 

D’un côté, il y a cette idée que la mobilité interne, c’est bon pour le corps et les neurones, c’est tonique pour l’entreprise et c’est le garant de sa vie future ! De l’autre côté, une réalité plus triste : la mobilité interne est anecdotique dans les entreprises ! C’est en effet ce que disent toutes les enquêtes menées sur ce sujet (enquêtes annuelles INSEE et APEC) : la mobilité reste cantonnée à la mobilité verticale (je grimpe d’un échelon donc je suis mobile) et à la mobilité externe (je sors donc je suis mobile). 

 

La vraie mobilité interne. Quant à la vraie mobilité qui consiste à opérer un réel changement de métier ou de fonction ou encore de département au sein d’une même entreprise, celle-ci reste poussive (elle est estimée à 1% par an). Chacun en effet se défie naturellement de ce qui peut, dans le changement, présenter des risques : « par les temps qui courent, je préfère ne pas changer… » ou bien venant des managers : « je préfère ne pas prendre le risque de recruter quelqu’un en interne qui n’est pas exactement conforme aux standards de mon métier, de mon secteur, de mon département » ou encore : « pourquoi susciterais-je la mobilité des bons éléments de mon équipe… ? »  Et c’est ainsi que l’immense majorité des salariés ne connaît jamais de mobilité interne alors même qu’elle est souhaitée par l’entreprise et par les salariés eux-mêmes ! 

 

Certes, il faut rappeler que les transformations des 30 dernières années n’ont guère favorisé l’esprit de mobilité dans l’entreprise : les évolutions de l’organisation, les temps de travail de plus en plus courts, les exigences de l’actionnaire, l’ouverture internationale…  Bref des changements radicaux qui ont entraîné une perte de confiance générale et franchement diminué l’attrait pour la mobilité, des salariés comme du management !

 

Les trois conditions d'une mobilité interne retrouvée. Or pour que l’entreprise réussisse ce pari de développer la mobilité interne, il faut impérativement réunir trois conditions sur le plan pratique : d'abord, en haut lieu, une vraie volonté de mobilité doit s’exprimer clairement comme un objectif majeur ; ensuite des outils faciles à utiliser par tous doivent être accessibles, avec une Bourse de l’emploi crédible, un référentiel métiers compréhensible d’où que l’on soit dans l’entreprise, une gestion de carrière véritablement formée au métier de l’Evolution Professionnelle ; il faut enfin des salariés capables de promouvoir leur offre professionnelle et d'aller vers les autres.

 

Et c’est sur ce troisième point crucial que, toujours, le bât blesse : savoir parler savamment de son offre professionnelle et personnelle et savoir créer des liens constituent en effet un puissant carburant pour accélérer la mobilité interne.  Se priver de ce carburant, c’est se contenter d’une mobilité en panne…

 

Aussi, afin de réactiver ce trio vertueux, je suggère, en parallèle au développement des compétences techniques (qu’il ne faut évidemment pas diminuer), de relancer des programmes de formations aux techniques relationnelles avec deux priorités : apprendre au salarié à parler clairement et de manière attrayante de son offre professionnelle et de ses ambitions. Ce qui nécessite un minimum de travail préalable sur les éléments majeurs de cette offre : quels sont mes Registres de Performance, quels sont les éléments clés de ma Personnalité, quel est mon Potentiel ? Un travail préalable qui exige également de lui apprendre à retrouver le chemin du lien avec les autres, dans l’entreprise comme hors de l’entreprise. Il ne suffit pas en effet de parler du Réseau (comme tout le monde…), encore faut-il savoir l’activer avec doigté et professionnalisme !

 

Les avantages de la mobilité interne. Et puis former ses salariés au relationnel, cela ne présente que des avantages pour l'entreprise. Vous pensez qu’il y a un risque de les voir partir à l’extérieur ? C’est faux dans 9 cas sur 10 : quand on a formé quelqu’un, on se l’attache ! Pour nos jeunes dont tout le monde craint l’esprit d’indépendance, n’est-ce pas le moyen le plus efficace de les remettre dans le rang ? Pour nos seniors dont l’actuel mauvais traitement les fait se rétracter, n’est-ce pas le bon moyen de les remettre professionnellement « en devenir » ? Enfin, réactiver les liens, faire se rencontrer les gens, est surtout un formidable aiguillon pour bousculer quelque peu l’entreprise afin de la rendre plus créative et davantage dans un esprit de conquête !

 

Sur ce sujet du relationnel, hélas, l’entreprise ressemble le plus souvent à ces parents qui, craignant par trop le dehors, se retrouvent quelques années plus tard « scotchés » avec leurs Tanguy ! « Dur, dur » en effet de les rendre mobiles après les avoir si longtemps oxydés… ! C’est pour toutes ces raisons que la mobilité interne est pour l’entreprise un grand pari plein d’espérances !

 

 

Yves Maire du Poset

Président de PILOTER MA CARRIERE

Auteur de « L’art de parler de soi » (octobre 2011 aux Editions LEDUC.S)

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 16:01

Interview du 4 janvier 2012 sur BFM par Stéphane Soumier

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 11:30

France Info, chronique "C'est mon boulot" de Philippe Duport du 22 septembre 2011, où je suis interviewé sur l'art et la manière de parler de soi.

  

Pour écouter l'émission, cliquez sur le bouton  dans le player ci-dessous

 

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 12:54

France Info, chronique "C'est mon boulot" de Philippe Duport du 8 septembre 2011, où je suis interviewé au sujet du malaise des cadres.

  

Pour écouter l'émission, cliquez sur le bouton  dans le player ci-dessous

 

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 07:14

BFM Radio, émission Good Morning Business de Stéphane Soumier du 5 septembre 2011, où je suis interviewé au sujet des "bonnes pratiques" pour réussir son intégration dans une nouvelle entreprise ou un nouveau poste.

 

Pour écouter l'émission, cliquez sur le bouton  dans le player ci-dessous

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 13:05

 

 

Dans l’entreprise, il est des sujets qui font l’unanimité mais dont la réalité, parfois bien éloignée de l’idée de départ, déçoit. Prenez par exemple la formation, la créativité ou encore le développement : à la simple évocation de ces mots, tout le monde applaudira mais pas forcément à l’arrivée…

 

La mobilité est l’un de ces sujets favoris sur lesquels tout le monde s’accorde au départ : « il faut bouger, il faut changer, c’est bon pour le corps et les neurones ». Au fond rester dans l’immobilisme, ce serait choisir l’oxydation finale !

 

Par voie de conséquence, cette mobilité devrait être une pratique banale dans l’entreprise. Pourtant, elle ne marche pas : c’est ce que disent toutes les enquêtes menées sur ce sujet (enquêtes annuelles INSEE et APEC). Elle reste en effet cantonnée à la mobilité verticale (je grimpe d’un échelon donc je suis mobile) et à la mobilité externe (je sors donc je suis mobile).

 

Quant à la vraie mobilité, qui consiste à opérer un réel changement de métier ou de fonction ou encore de département au sein d’une même entreprise, celle-ci, inférieure à 3%, reste poussive. Chacun en effet se défie naturellement de ce qui peut, dans le changement, présenter des risques : « par les temps qui courent, je préfère ne pas changer… » ou bien : « je préfère ne pas prendre le risque de recruter quelqu’un qui n’est pas exactement conforme aux standards de mon métier, de mon secteur, de mon département » ou encore : « pourquoi susciterais-je la mobilité des bons éléments de mon équipe… ? »  Et c’est ainsi que l’immense majorité des salariés ne connaît jamais de mobilité !

 

Cependant, il faut ajouter que les transformations des 30 dernières années n’ont guère favorisé cet esprit de mobilité dans l’entreprise : l’évolution de son organisation vers un modèle matriciel, avec des temps de travail de plus en plus courts, des exigences venant de l’actionnaire plus dures que jamais… Tout ceci dans un contexte plus ouvert et plus international. Bref des changements radicaux qui non seulement ont entraîné une perte de confiance générale mais ont franchement diminué l’attrait pour la mobilité, des salariés comme du management !

 

C’est comme cela que faute de mobilité, l’entreprise s’est quelque peu oxydée, perdant ainsi beaucoup de sa puissance relationnelle qu’il lui faut désormais retrouver !

 

Aussi, pour réussir ce pari d’une mobilité interne, salutaire pour l’entreprise, il faut impérativement réunir trois conditions sur le plan pratique : d'abord, en haut lieu, une vraie volonté de mobilité clairement affichée comme un objectif majeur ; ensuite des outils faciles à utiliser par tous, avec une Bourse de l’emploi qui marche, un référentiel métiers compréhensible, une gestion de carrière véritablement formée à l’Evolution professionnelle ; enfin, il faut une aide à la préparation des salariés eux-mêmes pour renforcer leurs capacités relationnelles afin de les rendre vraiment actifs dans leur recherche de mobilité interne. Car c’est sur ce troisième point crucial que, toujours, le bât blesse : une bonne préparation des personnes est en effet un puissant carburant pour accélérer la mobilité interne. S’en priver, c’est se contenter d’une mobilité en panne…

 

Aussi, afin de réactiver ce trio vertueux, je suggère, en parallèle au développement des compétences techniques (qu’il ne faut évidemment pas diminuer), de relancer des programmes de formations aux techniques relationnelles avec deux priorités : apprendre au salarié à parler savamment de son offre professionnelle et de ses ambitions et lui apprendre à retrouver le chemin du lien avec les autres ; dans l’entreprise comme hors de l’entreprise. Il ne suffit pas en effet de parler du Réseau (comme tout le monde), encore faut-il savoir l’activer avec doigté et professionnalisme !

 

Et puis former ses salariés au relationnel, cela ne présente que des avantages pour l'entreprise ! Quand on a formé quelqu’un, on se l’attache ! Pour nos jeunes dont tout le monde craint l’esprit d’indépendance, n’est-ce pas le moyen le plus efficace de les remettre dans le rang ? Pour nos seniors dont l’actuel mauvais traitement les fait se rétracter, n’est-ce pas le bon moyen de les remettre professionnellement « en devenir » ? Question : l’entreprise a-t-elle vraiment réfléchi aux nombreuses conséquences vertueuses d’un esprit de mobilité retrouvé grâce au relationnel ?

 

Hélas, sur le sujet du relationnel, l’entreprise ressemble le plus souvent à ces parents qui, craignant par trop le dehors, se retrouvent quelques années plus tard « scotchés » mais dedans, avec leurs Tanguy ! 

 

 

 

Pour en savoir davantage, lien vers :

Logo 

 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 15:01

France Info, chronique Tout Comprendre de Pascal Le Guern, émission du 13 avril 2011, où je suis interviewé au sujet de mon livre "Le Savoir-Vivre en Entreprise"

Pour écouter l'émission, cliquez sur le bouton  dans le player ci-dessous


 

 

Partager cet article
Repost0
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 14:35

France 5 - Interview de Yves Maire du Poset par Odile Gnanaprégassame publiée le 3 juin 2011

 

Comment définir le savoir-vivre en entreprise ?

Yves Maire du Poset :
Le savoir-vivre est un état d’esprit avant tout. Il ne s’agit pas uniquement de formules ou de gestes de politesse. Faire preuve de savoir-vivre consiste à être en situation d’empathie envers les autres, c’est-à-dire être à leur écoute et chercher à comprendre leurs attentes. Il est toujours préférable d’aller vers les autres avec sympathie plutôt que s’en défier a priori. Les règles du savoir-vivre sont les mêmes en entreprise et dans la vie quotidienne. A un détail près, l’entreprise génère en plus une pression du résultat.

En quoi le savoir-vivre est important lorsque l’on intègre une nouvelle entreprise ou un nouveau service ?France 5 savoir vivre

Y. M. du P. :
L’entrée dans l’entreprise est un moment clef. C’est à vous de faire le premier pas et d’aller à la rencontre de vos collègues. N’attendez pas que l’on vienne vers vous et organisez un vrai rendez-vous avec chacun d’eux. Le secret est d’être à l’écoute de l’autre, et de le faire parler en premier. Vous avez tout à y gagner : on verra que vous êtes à l’écoute et vous en apprendrez davantage sur l’entreprise et son fonctionnement. Vous avez réussi votre entrée dans l’entreprise si vous réussissez à connaître vos collaborateurs et collègues sans vous mettre en avant.

Faire face à un différent avec un collègue : une situation à risque. Comment s’y prendre ?

Y. M. du P. :
Le seul moyen de sortir d’un différent, c’est d’en comprendre la nature. Si vous allez au coeur du problème, bien souvent, vous vous apercevez qu’il ne s’agit pas d’un problème de fond mais de forme. Il vaut mieux choisir de comprendre avant de faire la guerre. En cas de désaccord, la marche à suivre est la suivante : commencez par dire "Oui, tu as raison", pour ne pas bloquer la conversation, puis vous enchaînerez en exprimant les raisons de votre désaccord pour terminer par l’exposition de pistes ouvertes afin de régler ce désaccord.

Y a-t-il une bonne manière de demander quelque chose ?

Y. M. du P. :
Lorsque vous formulez une demande, par exemple à votre assistante, il est inutile d’employer un ton désobligeant. Adressez-vous à votre assistante comme vous vous adressez à votre patron. Montrez-lui que vous savez que son métier n’est pas facile. Et si c’est bien demandé, on ne vous refusera rien. Ce n’est pas parce qu’on est diplômé de l’enseignement supérieur que l’on doit rouler des mécaniques !

Vous insistez sur l’importance de préparer à l’écrit ce que l’on a à dire ?

Y. M. du P. :
Faire preuve de savoir-vivre, c’est respecter l’autre. En toute situation, il faut lui envoyer un message clair. En cas de désaccord, ou si vous souhaitez faire un reproche à un collègue, cela se prépare ! Prenez le temps de poser par écrit ce que vous allez dire, cela permet de prendre du recul et de ne pas dire de bêtises. Ne réagissez pas à chaud.

Dans quelle mesure le savoir-vivre contribue-t-il à la réussite professionnelle ?

Y. M. du P. :
Si vous voulez bien travailler, mettez-y les formes. C’est l’une des clefs de l’efficacité et de la réussite professionnelles. Et cela aura d’autant plus d’impact que le relationnel est en net recul dans le monde de l’entreprise. Si ce que vous avez produit n’est pas idéal, mais que vous y avez mis les formes, personne ne vous en voudra, on cherchera même à vous aider. Vous pouvez être le meilleur professionnellement, mais si vous manquez de savoir-vivre, vous allez au devant de difficultés. Le savoir-vivre optimise les chances d’arriver au bout de votre projet. L’ambition n’est pas antagonique au savoir-vivre, bien au contraire. Un manager ambitieux a tout intérêt à ce que son équipe le suive. Or en faisant passer les choses par la force il ne va rien obtenir. Faites preuve de savoir-vivre, vous serez reconnu, ce qui est idéal pour gravir les échelons, se créer un réseau et rester informé sur ce qui se passe.

Le savoir-vivre au quotidien

En arrivant le matin 
: ayez le sourire, dites "bonjour" au portier, à la standardiste etc., ça ne mange pas de pain. Un petit mot tous les jours, cela instaure la relation. Attention, cela ne veut pas dire que l’on doit passer trois heures à la machine à café le matin, il faut rester professionnel.

En open space  : la cohabitation est difficile. Cela vous oblige à redoubler d’attentions et d’efforts. Rangez votre bureau, ne parlez pas trop fort, ne faites pas trop de bruit, soyez discret en somme.

En réunion  : arrivez à l’heure, préparez vos interventions, et écoutez bien afin de pouvoir vous montrer critique sur ce qui est dit, dans le bon sens du terme.
En soirée ou séminaire d’entreprise  : c’est un passage obligé, vous devez jouer le jeu. Mais jusqu’à un certain point : vous n’êtes pas obligé de faire n’importe quoi.

 

Lien vers l'interview sur le site de France 5 :

http://emploi.france5.fr/job/efficace/integration-entreprise/69055437-fr.php

Partager cet article
Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 10:18

Article écrit par Fabien Renou et publié le 31 mai 2011 sur le Journal du Net (un article auquel j'ai modestement contribué...)

 

Comment progresser dans ma carrièreVous commencez à emmagasiner de l'expérience et vous aimeriez bien évoluer dans votre entreprise et dans votre carrière ? Malheureusement, la seule promotion possible passe par le management d'équipe. Or, vous n'avez pas les épaules, l'ambition ou même l'envie d'encadrer les autres. Comment faire passer le message ? Quelles autres voies emprunter ? Quelles solutions adopter pour ne pas rester bloqué ? Voici nos réponses.

 

Lire la suite sur le Journal du Net

http://www.journaldunet.com/management/emploi-cadres/progresser-sans-manager

 

 

Partager cet article
Repost0