27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 12:20

 

 logo journal du net 

Des idées nouvelles pour "booster" votre carrière tout en contribuant à relancer le relationnel dans l'entreprise 

  

Pas si facile de conduire sa carrière par les temps qui courent…

 

jdn 4 maiCar depuis 30 ans, les cadres ont été mis à mal. Entre les transformations des dernières années qui ont littéralement éclaté les responsabilités dans l’entreprise et les injonctions de toutes sortes qui leur sont tombées dessus, on peut dire que les cadres ont perdu du terrain sur trois tableaux : leur importance quant à la décision managériale a diminué ; leur rôle a été transformé par l’hypertrophie technique du monde professionnel : de relais avant tout relationnels, chargés de transmettre la bonne parole, ils sont devenus de simples relais techniques ; enfin leur temps a été soumis à une pression si aiguë qu’ils ont été privés de toute réflexion personnelle sur leur évolution.

 

En somme, un déséquilibre s’est produit qui a progressivement renfermé les cadres sur eux-mêmes et leur technique ; entraînant, à leur insu, un immense recul du relationnel dans l’entreprise.

 

Conséquence de ces changements : les cadres ont perdu la main sur leur avenir ! Et, plus que jamais, ils souffrent de deux maux : faute d’un temps suffisant de réflexion personnelle, ils ne maîtrisent plus leur offre professionnelle et ils souffrent d’isolement. Présenter son offre professionnelle de manière synthétique, concrète et convaincante - un exercice pourtant on ne peut plus vital dans l’entreprise - est devenu une vraie difficulté, voire une souffrance… Or n’étant pas à l’aise dans cet exercice, comment espérer d’eux qu’ils aillent vers les autres et enrichissent leurs liens ainsi que ceux de l’entreprise ?

 

Constat plus cruel encore : appauvris dans leur fonction, ils continuent d’être sollicités dans l’entreprise pour leur exemplarité… en dépit d’un climat relationnel asséché, fait bien souvent de perte de confiance et de sens, de démotivation et de stress… Autant de faits qui ajoutent à l’affaiblissement de leur position.

 

Face à cette contrainte, comment peuvent-ils reprendre la main ? Et comment l’entreprise peut-elle les y aider ?

 

Une solution nouvelleLa voie que je recommande est celle-ci : il faut que les cadres  améliorent leur Marketing de soi et que l’entreprise les aide dans cette nouvelle mission dont la vocation à terme est de réactiver le relationnel en son sein. 

 

L’entreprise doit en effet leur proposer de travailler sur de nouveaux outils qui les sortent de leur isolement et de cette rétractation mortifère sur leur seule fonction technique. Les cadres doivent pouvoir travailler sur eux et sur leur offre : sur leurs atouts, leurs succès et sur leur caractère distinctif. Avec l’idée de retrouver un peu de leur puissance comme Hercule qui, « par les monstres qu’il cherchait et qu’il écrasait, se prouvait à lui-même sa propre puissance. » (ALAIN) Mais surtout avec l’objectif de reconstruire des liens solides avec leurs pairs, en interne comme en externe, et d’en tirer bénéfice.

 

Fierté ainsi retrouvée de savoir parler de soi et envie réactivée de partager avec les autres…, voici de nouvelles sources pour redorer le blason des cadres. Et, par effet naturel de leur rôle de transmetteurs de ces nouveaux outils maîtrisés, de redorer celui de leurs équipes !

 

Des cadres plus relationnelsC’est donc à un nouvel état d’esprit vertueux que j’invite les cadres et l’entreprise et dont les effets bénéficieront à tous ! Un état d’esprit qui favorisera le lien et l’ouverture aux autres, en interne comme en externe ; qui, par la conscience plus forte que les cadres auront de leurs possibilités, les optimisera et en élargira le champ ; un état d’esprit, enfin, qui, par le travail sur soi et sur le relationnel auquel il conduit, augmentera l’esprit de mobilité et de créativité dont l’entreprise a tant besoin.

 

Journal du Net, Tribune du 4 mai 2011

http://www.journaldunet.com/management/expert/49833/cadres--reprenez-la-main-sur-votre-carriere.shtml

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 11:15

La littérature au secours du monde économique

 

Actifs 22janvier2010Nombreux furent ces derniers mois les commentaires peu élogieux fustigeant certains  comportements irresponsables de dirigeants, à commencer par ceux de la banque et de l’assurance rendus en partie responsables de la crise

Tous ces excès ont pourtant été disséqués par les grands auteurs et il faut souhaiter à l’aube de cette nouvelle décennie que les décideurs, chefs d’entreprise, cadres, redécouvrent toutes les subtilités des relations humaines  contenues dans leurs œuvres.

 

Une scène des Trois Mousquetaires : d’Artagnan demande une faveur à Monsieur de Tréville, Capitaine des Mousquetaires du Roi. Il s’agit d’aller chercher en Angleterre, en urgence et dans le secret le plus absolu, les ferrets que la Reine a confiés à son amant. Monsieur de Tréville questionne d’Artagnan. Celui-ci, dans sa jeunesse et son empressement, s’apprête à vendre la mèche et trahir ainsi celle qui lui a confié ce secret… Monsieur de Tréville, flairant la fragilité de d’Artagnan :

- « Ce secret est-il à vous ?

- Non, Monsieur, c’est celui de la Reine.

- Etes-vous autorisé par Sa Majesté à me le confier ?

- Non, Monsieur, car au contraire le plus profond mystère m’est recommandé.

-          ….

- Gardez votre secret, jeune homme et dites-moi ce que vous désirez. »

 

Dans ces quelques lignes, une formidable leçon de vie est donnée : si un secret ne vous appartient pas, vous avez le devoir de ne jamais le livrer. Quand on a lu Les Trois Mousquetaires, on connaît cette règle précieuse sur la confidentialité que l’on met parfois bien du temps à comprendre si l’on n’a pas eu la chance de bénéficier d’un tel bon exemple. On saura donc l’appliquer très vite dans l’entreprise comme d’ailleurs dans la vie personnelle. 

 

Le livre forme aux relations humaines. C’est l’immense privilège de la littérature, outre le divertissement qu’elle procure, d’offrir sur un plateau d’argent de telles leçons. Sur tous les thèmes essentiels de la vie, elle foisonne des meilleurs ingrédients : pour se construire, pour comprendre le monde et rencontrer les autres. Le lecteur y trouvera les bons exemples qui sauront le guider comme d’ailleurs les mauvais dont il saura se défier. Avec un temps d’avance sur les autres, il entrera dans la compréhension de « ces relations humaines brumeuses, approximatives, crépusculaires, indéterminées, mêlées de fureurs impondérables : la confiance, l’espérance, le cœur… pour lesquelles il faut avoir la manière… » (Vladimir Jankélévitch) ». C’est avec de tels exemples initiatiques que nous comprenons combien la maîtrise des relations humaines est « le » vecteur de la réussite. Des relations humaines sur lesquelles nous sommes malheureusement de moins en moins formés. L’école n’a-t-elle pas déserté ce qui fait l’essentiel de la littérature : l’histoire avec ses personnages et leurs relations, au seul profit de l’étude de la structure du récit ?

Mais revenons dans l’entreprise où un fait d’évidence a manifestement été oublié :  ce que nous produisons dans le travail, quels que soient le niveau, la fonction ou le secteur, est toujours le savant mélange de la technique et du relationnel ; ou bien encore de ce que l’on appelle « savoir-faire » et « savoir-être ». Par exemple, ce qui fait la force du lien que j’ai avec mon client ne vient pas seulement des bons conseils techniques ou des savants produits que je peux lui proposer mais aussi et surtout des solides relations que j’ai su construire avec lui au fil du temps. Négligez l’un ou l’autre de ces éléments et un déséquilibre se produira qui mettra aussitôt en péril votre performance !

 

Le livre, une grande école de management. Déséquilibre ? On dit que l’entreprise se déshumanise, que nous vivons dans un monde où l’absolu de la technique et du chiffre a pris le pas sur tout, que la vitesse de la modernité et son « zapping » nous rendent ivres - nos enfants aussi - et nous éloignent subrepticement des vraies réalités ; que nous sommes en recul sur la notion d’approfondissement des connaissances : on ne réfléchit plus assez, surtout au long terme, c’est-à-dire à notre avenir. On dit qu’il y a péril en la demeure de l’entreprise sur le sujet de la relation entre les équipes, entre les générations - comme dans la société d’ailleurs ; qu’il y a menace également dans certains secteurs avec les clients qui, de plus en plus, sont considérés non pas comme ceux que l’on doit servir mais comme des vaches à lait … On dit tant de choses sur la folie des Hommes dans les affaires que l’on peut se demander s’il n’est pas temps d’y réintroduire un peu d’humanité et de raison afin de contrarier tous leurs excès et ainsi combler ce « manque comportemental ». Humanité et raison dont le côtoiement de la littérature facilite grandement l’accès. Car c’est là le rôle principal de la littérature : instruire les Hommes de toutes les réalités de notre monde ; un monde humain, faut-il le rappeler… ?

 

L’entreprise a plus que jamais besoin de littéraires. Quelques exemples d’apprentissages utiles en guise de saines tentations de lecture : vous voulez apprendre à activer votre réseau ? Un sujet très à la mode et qui en dit long sur la pauvreté de nos relations humaines en ces temps modernes. Voyez dans Le Père Goriot* comment Rastignac s’y prend, et avec quelle habilité, pour pénétrer le tout Paris de l’époque, avec pourtant de bien pauvres moyens. Vous ne savez pas comment faire pour « remonter les bretelles » d’un collaborateur ? Lisez la Confusion des Sentiments* et vous découvrirez comment un père, déçu par son fils dépravé, sait de main de maître le re-mobiliser sur son avenir. Vous ne savez pas comment faire passer un message difficile à quelqu’un tout en cherchant à vous en faire un allié ? Lisez donc La princesse de Clèves*, vous comprendrez comment, de manière si subtile, le Duc de Nemours s’y prend avec Madame de Clèves pour, à la fois, lui avouer sa faute, qu’elle connaît, et s’en remettre à son jugement et à sa liberté sur les conséquences de son acte.

Avec de tels exemples formateurs, l’entreprise a en effet beaucoup à gagner : sur les thèmes du savoir-vivre, de l’empathie, de la morale individuelle et de l’honnêteté, sur celui de l’art de manager et d’exercer son pouvoir de manière responsable ; sur la beauté du travail bien fait, sur le contrôle de soi… Pas un seul de ces domaines qui ne soit largement traité par la littérature ! Grâce à quoi, un bon lecteur sera mieux armé dans l’entreprise. Il aura en effet rencontré tant de personnages, tant de situations humaines complexes qu’il saura par expérience comment faire si la vie les lui fait rencontrer ou si des circonstances semblables se présentent. Ne nous y trompons pas, en refaisant une vraie place à la littérature, partout où on le peut, c’est aussi d’efficacité économique dont il s’agit !

 

 

 

 

 

* Le Père Goriot de Honoré de Balzac, La Confusion des Sentiments de Stefan Zweig, La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 08:42

Une chose n’a pas été dite dans cette affaire : elle illustre magnifiquement le déni de l’expérience que la société moderne affiche partout. Elle montre que l’expérience n’est pas nécessaire pour atteindre des sommets. Un constat qui reste incroyable quand on sait la place que celle-ci occupe dans l’alchimie de la compétence et de la réussite professionnelle.

On avait connu ça avec J2M, brillant expert financier mais sans culture de management, passé en un éclair à un rôle de manager d’une entreprise de 120 000 salariés : il n’a pas fallu plus de quelques mois pour que l’enfant explose avec son joujou… Or faut-il rappeler que toute une génération de décideurs a contribué à son couronnement ?

Le sort pitoyable des seniors sur le marché de l’emploi est un autre exemple de ce déni de l’expérience. Même constat pour les jeunes qui ont un mal fou à faire reconnaître par les entreprises les mérites qu’ils ont acquis en multipliant leurs stages ! A croire que les leçons tirées de l’expérience ne servent pas…

Pourtant on parle beaucoup d’expérience dans l’entreprise : dans les Bilans de Compétences où elle est analysée mais aussi par l’entremise de la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) ; avec également l’essor de l’alternance que certaines écoles de renom ont cherché à développer. Tout ceci donnant l’impression d’un hommage constant rendu à l’expérience.

Hélas, la réalité est tout autre : quand on sait la difficulté de faire valoir sur le marché du travail une candidature sans le diplôme ou l’âge requis, quand on voit le nombre confidentiel de Bilans de Compétences faits en France et la réalité des prises en compte des VAE dans l’entreprise, on est en droit de se poser des questions. D’ailleurs, le fait même d’avoir été obligé de mettre en place un processus de VAE si lourd pour témoigner de son expérience en dit long sur le peu d’intérêt que l’entreprise a pour l’expérience. Quant aux formations en alternance, elles restent l’exception.

Oui, le sort actuel réservé à l’expérience est inquiétant. Rappelons que ce qui fait la valeur ajoutée de l’offre professionnelle d’un salarié est constituée de plusieurs éléments dont l’expérience n’est certainement pas le moindre. Au départ, ce salarié dispose de connaissances provenant en partie de son parcours scolaire et universitaire. Il possède aussi des motivations qui expriment ce qui l’attire naturellement. Il dispose enfin d’une personnalité construite avec le temps et qui fait de lui plutôt l’Homme de l’analyse ou de la synthèse, celui du détail ou de la vision globale, celui du concept ou du concret, ou encore celui de l’imagination ou des réalités, etc. Or ces trois ingrédients - connaissances, motivations et personnalité - ne peuvent avoir de réalité si l’expérience n’y a pas mis son grain de sel. C’est elle seule qui met en marche ces trois éléments de manière profitable : avec la confrontation aux réalités qu’elle provoque mais surtout avec la formidable rencontre des autres qu’elle permet et l’apprentissage des savoir-être qui en découle, l’expérience rend enfin possible l’émergence d’une véritable compétence. C’est cette part de culture humaine irremplaçable apportée par l’expérience qui donne tout son sens au travail.

C’est pour toutes ces raisons que la compétence ne peut être appréciée valablement sans reconnaissance de l’expérience. En faisant fi de son mérite, on se prive de ce fameux coup de main qui fait que la mayonnaise de la compétence va prendre avec le temps et donner confiance en soi. Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons accéder à la conscience aiguë de ce que l’on est capable de faire avec aisance comme à la découverte de nos limites.

Mais voilà, la compétence acquise grâce à l’expérience est un concept plus compliqué à évaluer que l’appréciation de simples connaissances abstraites, des diplômes ou de l’âge. Or ne nous y trompons pas : c’est en raison même de la  complexité de son évaluation que l’expérience est déniée. Il est en effet plus facile de cantonner son attention aux évidences ou à ce qui est chiffrable en tournant le dos aux  domaines comportementaux et relationnels infiniment plus subtils à percevoir. Mais faire l’impasse sur cette part d’humanité vertueuse qu’apporte l’expérience, c’est faire un pari dangereux sur la réussite professionnelle. Et c’est, hélas, prêter le flanc à un monde qui court aveuglément vers la déshumanisation du travail.

La crise financière récente n’en est-elle pas le meilleur exemple ? N’apporte-t-elle pas la preuve irréfutable que si la maîtrise des mathématiques permet, sans doute, d’exceller dans l’art de faire de savantes opérations financières, elle conduit, sans expérience humaine véritable, à des comportements sans intelligence et à de sombres échecs ?

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 11:26

Les Grosses Têtes, émission du 29 octobre 2009 où je suis interviewé avec mon co-auteur, Olivier de Clermont-Tonnerre, au sujet de notre livre "Dites, ne dites pas : les entretiens de recrutement"

Pour écouter l'émission, cliquez sur le bouton  dans le player ci-dessous


 

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 10:41

 

Une idée n'est jamais exprimée clairement : l'incompétence parfois criante des décideurs de notre pays. En économie comme en politique, on est parfois sidéré des résultats incroyables auxquels leurs actions irréfléchies aboutissent. Car enfin comment expliquer autrement que par leur incompétence des énormités telles que le maelström financier récent, l'extinction inexorable de notre industrie, le péril écologique, la situation sociale effroyable* qu'un libéralisme inconséquent fait supporter aux français tout en en repoussant les mauvais effets sur la puissance publique, la croyance aveugle à des institutions comme l'Europe dont l'inefficacité suscite tant la réserve des peuples, l'envahissement pervers de notre territoire par des flots de camions toujours plus nombreux, le dépassement de notre industrie automobile sur la question électrique, l'exclusion des seniors comme des plus jeunes du système économique avec un conflit générationnel qui pointe son nez, etc. Hélas, la liste est longue de ces lames de fond qu'ils continuent à traiter comme des événements, en faisant d'ailleurs, à chaque fois, les étonnés !
Le diagnostic de tout ceci tient en deux mots : nos décideurs ont une véritable incapacité à envisager un autre avenir fait de projets sensés et attractifs sur lesquels les français adhéreraient avec conviction.

Certes ils sortent d'écoles brillantes et ont bénéficié des meilleures préparations. Mais ceci ne saurait les exonérer de toute réflexion sur l'état de leurs compétences afin de leur permettre de conduire enfin les affaires avec une vraie vision à long terme.

A l'heure où l'on invite de plus en plus les personnes à faire un Bilan de Compétences (lors de restructurations par exemple), ces décideurs devraient s'appliquer à eux-mêmes ce conseil ! Et on voit mal pourquoi ils pourraient échapper à une telle démarche de bon sens. Mais dire ceci, c’est prendre le risque d’être immédiatement taxé de populisme, uniquement parce que cela concerne nos chers décideurs…

Car chacun d’entre nous, où qu’il soit, devrait se poser à soi-même ces questions salutaires : où en suis-je de mes compétences dans le métier que je fais ? Quel travail dois-je entreprendre sur moi-même pour assurer mon employabilité et que faut-il faire pour développer mes performances ?

Bref, nos décideurs ne devraient-ils pas, en raison même de leurs immenses responsabilités, donner le bon exemple ? Et d’ailleurs, comment, si instruits fussent-ils de la marche de l’Etat et des affaires, pourraient-ils contester l’intérêt de ce travail sur soi pour mieux se voir tels qu’ils sont ; l’intérêt de profiter d’un échange critique et neutre avec un professionnel de la question ; l’intérêt de se recentrer sur l’essentiel de ce qui produira de la performance ; l’intérêt enfin de sortir de leur milieu, de leurs propres techniques, de leurs pairs, de leurs courtisans ou de leurs clones… Bref l’intérêt de rester employables eux aussi ! Et échapper à cet aveuglement dans lequel, irrémédiablement, nos réalités nous enferment.

 

Parce qu'il en va de notre avenir à tous, ils devraient comprendre que leur passivité sur ce sujet est mortifère ! Mais... lever le nez du guidon, sortir de sa bulle, écouter différemment, comprendre qu’on est beaucoup moins fort tout seul, que la performance n’est jamais le produit de nos seules techniques même si celles-ci sont bien maîtrisées, … tout ceci est évidemment dérangeant ! Travailler sur son ignorance n’est, en effet, pas la moindre des difficultés d’un tel bilan. Et plus on est haut placé, moins on en voit la nécessité ! Nos décideurs, pour le bien du pays, accepteront-ils un tel défi, en seront-ils capables ?

 

 

 * faut-il rappeler que "Souffrance en France", le livre de Christophe Dejours dénonçant les souffrances au travail, a été écrit il y a déjà plus de 13 ans... Que de temps perdu ! 

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 06:34
Comment réussir cet exercice auquel on n'échappe pas dans l'univers professionnel : parler de soi avec justesse de ses compétences, de ses expériences, de ses motivations et de ses talents ? Dans un entretien de recrutement, lors d'une mobilité en interne, d'une intégration dans une nouvelle société, etc. ? Comment réussir son "pitch" ? Comment optimiser son "personal branding" ? En un mot, comment construire un discours sur soi simple, clair, vigoureux et convaincant ?

Pour vous aider, voyez cette vidéo faite par le magazine NEWZY (à ce jour elle a été vue 6318 fois sur Daily motion), vous y trouverez quelques éléments de méthodes utiles pour bâtir votre propre discours, pour construire votre "Story Telling". Ils sont tirés de mon livre "2 minutes pour bien se vendre, l'art de parler de soi" (Editions Leduc, première parution en mars 2008).





Partager cet article
Repost0
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 06:33
Un Bilan de Compétences; pourquoi faire ? Pour être au clair avec soi-même afin de se mettre dans les meilleures conditions de performance !
Repérer dans son parcours ses succès et ses échecs, ses atouts et ses faiblesses; identifier ses compétences et ses motivations majeures, cerner ses qualités et ses défauts, comprendre enfin le secret de sa puissance professionnelle, tel est l'enjeu d'un bilan professionnel !
Voici dans cette vidéo quelques conseils pour entamer ce travail par soi-même :




Partager cet article
Repost0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 06:29
Partager cet article
Repost0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 16:50

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 14:44

Un mardi soir de février 2008, dans un bistrot en haut de l'avenue de la Grande Armée, le XVI, j'attends mon ami Olivier de Clermont-Tonnerre qui fait le même métier que moi (mais dans un autre cabinet) et avec qui nous nous retrouvons régulièrement.

Non pour nous complaire dans un lieu de perdition... mais pour bavarder et échanger sur nos expériences et sur les difficultés de ce dur métier qui consiste à accompagner des personnes vers de nouveaux horizons professionnels.

Mon premier livre va sortir dans quelques semaines, je savoure l'idée de ce moment très nouveau pour moi : et si je faisais un tabac du genre Amélie Nothomb...? Bien sûr je plaisante mais tout de même, dans ce genre de circonstance, on a le droit de rêver... Ce qui est sûr, c'est qu'à cet instant, franchement, je n'imagine pas ce qui va suivre...

Olivier arrive et, comme d'habitude, nous parlons de nos succès et de nos difficultés quand soudain, l'idée surgit comme une évidence : nous allons écrire à deux un livre pratique pour conforter nos "ouailles" respectives face à l'épreuve des entretiens de recrutements.

Notre conviction est faite : ces entretiens de recrutement sont une vraie poisse pour tout le monde ! Tout y est fait pour se planter, les pièges y sont légion, le temps va si vite, les idées fusent, les paroles aussi hélas... Ici : "Zut, j'ai dit une c...!" Là : "Aïe, voila la question à laquelle je n'avais pas songé... " ou encore : "Comment ai-je fait pour oublier de dire ceci  ou cela...?"

Bref, l'entretien de recrutement, c'est le lieu où règne l'imprévu. Pire, dans la plupart des cas, il ne laisse hélas derrière lui que des sentiments de frustration, d'incertitude et un flou artistique quant à la suite des événements...

Ce soir-là, nous nous sommes donc dit qu'il fallait répertorier les meilleures parades, repérer les meilleures phrases et aussi celles qu'il valait mieux éviter ! Et qu'un tel livre ferait un excellent entraînement pour tous les futurs recrutés, pour ceux qui veulent quitter leur entreprise comme ceux qui veulent évoluer dans la même entreprise. Nous avons aussi pensé à ceux qui veulent reprendre du collier après une longue interruption, à ceux que l'âge avancé défavorise, à ceux que la jeunesse fragilise, à ceux qui n'aiment pas parler d'argent, à ceux qui craignent les questions embarrassantes, à ceux..., à ceux qui ont tout intérêt à mieux se préparer pour décrocher le job !

Non vraiment, je ne pensais pas ce soir-là qu'à la veille de la sortie de mon premier livre, nous allions, avec Olivier, passer l'hiver 2008 à travailler à ce nouveau livre !

Bonne lecture à tous.

Partager cet article
Repost0